L'Algérie Aujourd'hui
A la Une

Projet de gisement de Gara Djebilet : Tebboune lance le chantier

Le Conseil des ministres, tenu hier, a abordé, entre autres dossiers, l’examen du projet de gisement de fer de Gara Djebilet.

Le président de la République a donné des instructions pour la mise en œuvre, pour ce projet stratégique, d’une approche intégrée assurant la complémentarité avec les différents projets industriels et les infrastructures y afférents, et ce, dans le cadre d’un agenda défini. Et c’est dans ce sens qu’il a insisté sur l’importance stratégique du projet en ce qui concerne les opérations de production, d’exportation et de réduction de la dépendance à l’importation des matières premières. Il rappellera, à ce propos, la contribution du projet dans la création de nouveaux postes d’emploi et la création d’une dynamique économique. Entre autres instructions, le premier magistrat du pays demandera à moderniser le réseau de transport routier, conformément à des normes spécifiques, pour accompagner le projet et accélérer le lancement de la réalisation de la ligne ferroviaire reliant les wilayas de Tindouf et Bechar. Sur ce, le Conseil des ministres a approuvé le lancement de la première phase du projet qui représente une source importante de revenus pour le pays et revêt une importance vitale dans l’accélération de la cadence au double plan local et national.

12 millions de tonnes/an pour une réserve de 3,5 milliards de tonnes

La mine Gara Djebilet recèle, selon certaines estimations, 3,5 milliards de tonnes de réserves, à haute concentration. En janvier 2021, le ministre de l’Energie, Mohamed Arkab, révélait qu’il sera question, en premier lieu, de réaliser un complexe d’exploitation de fer dans cette région (Tindouf), qui va «produire, dans le très court terme 12 millions de tonnes/an, englobant deux types de matières premières qui vont satisfaire la demande nationale d’une part, avec un niveau appréciable de teneur qui dépasse les 56%, et d’ autre part le marché de l’exportation». Le Conseil des ministres a, ainsi, approuvé le démarrage des travaux de construction du mégaprojet qui devrait générer plus de 3.000 emplois, dont un millier pour lancer sa première phase d’exploitation. Fin mars 2021, les autorités algériennes, représentées par l’entreprise nationale algérienne du fer et de l’acier (Feraal), concluaient un accord avec un consortium composé d’entreprises chinoises (China International Water & Electric Corp., Heyday Solar, et la société sidérurgique Metallurgical Corp Of China) pour développer le grand projet de fer Gara Djebilet. Le ministre de l’Energie, Mohamed Arkab, avouait, alors, que l’entrée en production du gisement permettra «de combler les besoins du pays, estimés en 2020, à 10 millions de tonnes». Pour ce qui est de la capacité de production annuelle, il est question de 12 millions de tonnes/an, ce qui permettrait non seulement de combler les besoins actuels du pays, mais également d’exporter des produits bruts comme des produits semi-finis. L’Algérie ambitionne, ainsi, de devenir un hub métallurgique, d’où la dynamique impulsée pour développer le secteur.

Des lignes ferroviaires entre Tindouf et Béchar pour le transport du fer

Dans la matinée d’hier, le ministre de l’Energie et des Mines, Mohamed Arkab, recevait une délégation de l’entreprise China Civil Engineering Construction Corporation Ltd (CCECC), conduite par son directeur général, Zhong Benfeng. La participation de cette entreprise, spécialisée dans le bâtiment, la construction ferroviaire et les travaux publics, a été évoquée par rapport au projet d’exploitation du gisement de fer de Ghra Djebillet. Les deux parties ont passé en revue la coopération «fructueuse» entre les entreprises des deux pays, notamment dans le domaine de l’énergie et des mines.

L’occasion pour Mohamed Arkab de présenter le projet structurant d’exploitation du gisement de fer de Gara Djebillet qui s’inscrit dans le cadre des engagements du président de la République en matière de mobilisation et d’exploitation des capacités minières du pays. Le ministre a fait part de la réalisation de plusieurs structures et infrastructures de production de sidérurgie et des structures de stockage du minerai brut collecté au niveau des sites d’exploitation, en vue de les charger et exporter par des camionnettes électriques et des trains spéciaux. Il a souligné, dans ce cadre, la détermination de l’Algérie à mettre en place des lignes ferroviaires liant la wilaya de Tindouf à Béchar pour transporter le fer brut et ses produits. Dans ce sillage, il a été proposé de former une équipe composée de cadres du ministère de l’Energie et des Mines, du ministère des Transports, ainsi que de l’entreprise chinoise en vue de mettre en place une feuille de route pour la concrétisation de ce projet. Pour sa part, le DG de l’CCECC a exprimé la volonté de son entreprise de contribuer à ce projet «important» en vue de réaliser davantage de rapprochement et de coopération dans ce domaine au service des intérêts communs, et pour offrir l’expérience nécessaire et la formation.

B. A.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez refuser si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus