Qu’est-ce qui motive les anti vax algériens ?

0
6
Le vaccin Sinovac efficace à plus de 98% chez les enfants
Le vaccin Sinovac efficace à plus de 98% chez les enfants

/Au moment où le monde tremble face à l’apparition du nouveau variant du Covid-19, Omicron, beaucoup d’Algériens refusent encore de se faire vacciner. En effet, depuis le lancement de la campagne de vaccination, l’Algérie n’a pas réussi à dépasser la barre des 10-11%. Un taux extrêmement bas pour atteindre l’immunité collective recherchée.

Le gouvernement commence à durcir le ton et à multiplier les sorties médiatiques pour rappeler les bienfaits et la nécessité du vaccin. Hélas, les citoyens continuent à faire la sourde oreille. Sous d’autres cieux on les appelle les anti vax, des personnes ayant fait le choix de dire non à la vaccination. Qu’ils avancent des arguments scientifiques ou qu’ils prétextent des motifs personnels, ils refusent de se plier à ce qu’ils considèrent comme un diktat. Comme partout dans le monde, les anti-vaccin existent en Algérie et ils sont nombreux. Afin d’en savoir un peu plus sur leurs craintes et écouter leurs arguments, nous sommes partis à la rencontre de quelque personnes qui ont accepté de parler de leur choix.

La prudence est de mise

Agé de 37 ans, au corps athlétique, Sofiane, jeune papa de deux garçons, exerce le métier de régisseur de spectacle. Un métier avec lequel il est appelé à rencontrer du monde et effectuer de nombreux déplacements mais depuis la pandémie, l’activité artistique est en suspens. «Bien que je sois une personne à haut risque comme les médecins préfèrent me définir en raison de mon asthme mais je refuse d’être pris pour un rat de laboratoire. Je suis une personne suspicieuse de nature et je ne peux faire confiance à un vaccin fait en quelques mois seulement. D’autant plus que l’ensemble des activités culturelles ne vont pas reprendre au rythme d’avant covid. Je vais continuer à appliquer les gestes barrières et à éviter la foule comme je l’ai fait depuis la pandémie et cela a été jusque-là efficace. Je crois que nous devons apprendre à vivre autrement mais sans vaccin pour ma part», nous a-t-il déclaré.

Un vaccin… pas très sain

Pour sa part, Yasmine, une enseignante de français au sein d’un lycée public et mère de famille estime que le vaccin, c’est d’abord une affaire de lifestyle. «Je suis vraiment très sceptique face au vaccin, j’ai chopé ce virus lors de la première vague, j’ai eu beaucoup de chance de m’en être sortie avec de faibles symptômes mais je ne crois pas que le vaccin m’aurait sauvée. Je ne suis pas vaccinée et je refuse de la faire pour la simple raison que cela est contraire à mon mode de vie et mes convictions. J’aurais épargné les vaccins obligatoires à mes deux enfants mais hélas, cela n’est pas possible chez nous. Je me méfie vraiment de ce que nous servent les laboratoires et je préfère faire confiance à mon système immunitaire que je booste à ma façon à travers une alimentation saine et équilibrée», nous a-t-elle affirmé. Grande adepte du healthy, notre interlocutrice nous a confié faire davantage confiance à mère nature qu’aux laboratoires multinationaux. «Je suis une grande adepte de la naturothérapie, j’ai même suivi une formation. Même mon époux, je l’ai initié et il n’est pas vacciné d’ailleurs. Cela ne fait pas de nous des personnes inconscientes car on continue à faire attention et respecter le protocole sanitaire. Il ne faut pas oublier une chose aussi, la mort est une réalité et ce n’est pas un vaccin qui va changer le cours de nos vies», conclut-t-elle.

L’heure est à la débrouille

Par ailleurs, on retrouve Hamza, 45 ans, cadre dans une institution gouvernementale, toujours pas vacciné mais fait croire le contraire à son entourage. «Je ne suis toujours pas vacciné contre le Covid et je me porte à merveille. Cependant, pour voir la paix au travail, je fais croire que je suis vacciné», nous confie-t-il. Cependant, notre interlocuteur déplore le ton employé par les autorités concernant la vaccination : «Ils disent que la vaccination n’est pas obligatoire mais en face, ils font tout pour t’obliger à te plier à leurs décisions, donc de mon côté, je fais ce qui me convient le mieux. Le Covid ne tue pas plus que la grippe saisonnière, c’est un fait. Je crois même que cette pandémie a été planifiée sauf qu’à un moment les choses sont devenus incontrôlables», a-t-il ajouté.

W. S.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici