Rachat de Naturgy: Tentative « avortée » pour l’émirati Taqa

0
439
Natyrgy

L’opération de rachat du groupe énergétique espagnol, Naturgy, par l’émirati Taqa a été « avortée », a rapporté le quotidien espagnole El Mundo, citant des sources proches des négociations.

« Des sources proches des négociations attribuent à Taqa la décision d’abandonner l’offre publique d’achat, OPA, affirmant que celle-ci est totalement enterrée », rapporte le quotidien.

« Elle ne se fera plus », affirment ces sources citées par le journal, évoquant « le refus catégorique de l’entreprise étatique émiratie » de poursuivre l’opération.

Une OPA d’une valeur supérieure à 25 milliards d’euros

Le quotidien espagnole affirme que « la plus grande OPA prévue sur le marché espagnol, d’une valeur supérieure à 25 milliards d’euros, est avortée », et que « le conseil d’administration du groupe énergétique émirati Taqa s’est retiré par surprise des négociations pour lancer une OPA sur Naturgy.

Le journal rappelle que l’opération, menée conjointement avec Criteria, visait à céder les parts des fonds CVC et GIP, qui détiennent plus de 40% de la société gazière espagnole, et à assurer la stabilité du groupe énergétique.

El Mundo précise, dans ce sens, que « le président de Taqa, le ministre des Investissements des Emirats, Mohamed Hassan AlSuwaidi, et son conseil d’administration ont finalement rejeté l’OPA négociée par son PDG, Jasim Husain Thabet, avec son homologue chez Criteria, Ángel Simón ».

Taqa avait déjà montré des signes de réticence 

Le quotidien dévoile, à ce propos, que Taqa avait déjà montré des « signes de réticence ces derniers jours dans une longue négociation où les promoteurs de l’OPA ont également affronté le fonds CVC » et que « des sources proches de ce fonds nient être à l’origine de la rupture ».

Il explique également que les actions de Naturgy ont clôturé lundi à 24,86 euros, loin du prix nécessaire pour racheter les 40% détenus par les fonds GIP et CVC.

Une fois le marché fermé, le bras investisseur de la Caixa a confirmé la fin de l’opération dans un communiqué, déclarant qu’il chercherait d’autres solutions.