Rapport sur les inégalités mondiales 2022 : L’Algérie se rapproche de l’Europe

0
137

/Le Laboratoire sur les inégalités mondiales de Paris vient de publier son rapport 2022 révélant une foultitude de chiffres et de détails sur le fossé qui sépare les riches des pauvres. L’écart est souvent abyssal, jamais comme on voudrait, avec bien sûr des ratios qui diffèrent d’un pays à l’autre. L’Algérie, pour sa part, semble faire un glissement pour rejoindre l’Europe puisque les chiffres la rapprochent plus du continent le plus égalitaire que de la zone Moyen Orient/Afrique du Nord (MOAN) où elle a été casée pour les besoins de l’étude.

L’un des indicateurs sur lequel se base le Laboratoire de Paris est le rapport entre les revenus des 10% les plus riches et des 50% les plus pauvres. Plus le rapport est grand, plus les disparités sont profondes. Pour l’Algérie, il est de 10. Notre pays se retrouve donc au même niveau que l’Allemagne, fait un peu moins bien que la France (7), mais bien mieux que le Maroc (18) et les pays du MOAN qui est la zone la plus inégalitaire, selon cette étude menée par une centaine de chercheurs des cinq continents.

Chez nous, nous apprend ce rapport 2022, les 10% les plus riches ont des revenus annuels de 44.300 euros (2.538.490 DA) tandis que les 50% les plus pauvres gagnent 4400 euros (253.540 DA). En d’autres termes, les 10% les plus riches captent 38% des revenus alors que la part des 50% les plus pauvres est de 19%.

Des chiffres qui nous placent dans la moyenne de l’Europe qui est la zone la plus égalitaire. Les 10% les plus riches y captent 36% des revenus. En Suède, par exemple, un des pays où les disparités sont les moins prononcés, les 10% les plus riches ne captent que 30% des revenus pendant que les 50% les plus pauvres en reçoivent 24%.

Pour les besoins de son étude, le Laboratoire de Paris a divisé le monde en zones. L’Algérie, pour des raisons géographiques ou géo-politico-stratégiques, est dans la MOAN (Moyen Orient/Afrique du Nord). Mais en dehors de ces raisons, l’Algérie ne partage pas grand-chose avec cette zone qui est la plus inégalitaire. En effet, dans l’ensemble MOAN, les 10% les plus aisés captent pas moins de 58% des revenus.

Ce que nous apprend aussi le rapport

A un niveau plus global, le rapport nous apprend que les 10% les plus riches de la planète captent 52% du revenu mondial, tandis que la moitié la plus pauvre n’en gagne que 8%. Le Laboratoire des inégalités mondiales utilise d’autres indicateurs dans son étude comme celui des richesses (à ne pas confondre avec revenus) qui inclut aussi le patrimoine. L’Algérie fait moins bien à ce niveau, mais c’est le cas de bien des pays. Ainsi, la richesse moyenne de l’Algérien est de 19.100 € (1.096.530 DA). Là, les 10% les plus aisés captent 57% des richesses pendant que la part des 50% les plus pauvres est de 6%.

S. H.

……………………………

Légende

Écart de revenus entre les 10 % du haut et les 50 % du bas dans le monde, 2021

Au Brésil, les 50% les plus pauvres gagnent en moyenne 29 fois moins de revenus que les 10% les plus aisés. Cette même valeur est de 10 en Algérie, ce qui nous place au même niveau que l’Europe.  

……………………….

Les affaires au temps du Covid

Les disparités entre riches et pauvres se sont exacerbées durant la crise sanitaire. Un des chercheurs qui ont dirigé l’étude pour le compte du Laboratoire des inégalités mondiales nous apprend que les milliardaires ont engrangé pas moins de 3600 milliards de dollars pendant la pandémie de Covid Le revers de la médaille étant que plus de gens se retrouvent entre les fourches de la misère. Ce sont, en effet, pas moins de 100 millions de personnes supplémentaires qui sont venus grossir le contingent des «extrêmement pauvres».