Refus de financier des projets de Siemens dans les territoires occupés : Le Sahara Occidental salue la position de l’Allemagne

0
318
Refus de financier des projets de Siemens dans les territoires occupés : Le Sahara Occidental salue la position de l’Allemagne

Le représentant du Front Polisario en Suisse et auprès de l’ONU, M Oubi Bouchraya Bachir, a affirmé dimanche à Tolède (Espagne) que la décision du gouvernement allemand d’exclure tout financement de projets du géant des énergies alternatives Siemens au Sahara occidental occupé, traduit la véritable position de l’Allemagne concernant le statut de ce territoire non autonome et témoigne de sa volonté à respecter le droit international.

Dans une réponse à une question écrite d’un député, le gouvernement allemand a notamment confirmé par le biais du vice-ministre allemand des Affaires économiques et de l’Environnement, Udo Phillip que « l’exécutif fédéral ne soutient aucun projet au Sahara occidental occupé par le Maroc », en évoquant le « statut non encore déterminé » du territoire sahraoui.

« Cette décision traduit d’une façon très claire la véritable position de l’Allemagne » concernant le Sahara occidental et « met à mal la propagande marocaine » concernant un prétendu alignement de ce pays européen sur les thèses du Makhzen, a souligné Oubi Bouchraya dans une déclaration à l’APS, au lendemain de la clôture de la 47e conférence de la Coordination européenne pour le soutien et la solidarité avec le peuple sahraoui (EUCOCO).

Une prise de position selon le point de vue diplomatique

Selon le diplomate sahraoui, cette position, qui représente « un développement d’une importance particulière, dénote de la volonté de l’Allemagne à respecter le droit international et le statut du Sahara occidental qui demeure à ce jour un territoire non autonome en voie de décolonisation ».

« L’utilisation par le gouvernement allemand du terme Sahara occidental occupé par le Maroc représente, du point de vue politique et diplomatique, une prise de position qui met un terme aux doutes que le Maroc a essayé de semer autour de la position » officielle de l’Allemagne, a-t-il soutenu.

Le représentant du Front Polisario a fait savoir que Siemens faisait partie d’un plan marocain visant à induire en erreur la communauté internationale à travers une campagne de propagande faisant miroiter un fait fondé sur un mensonge, selon lequel le Maroc « est un pays écologique ».

Le plan du Makhzen démasqué

A cet égard, Oubi Bouchraya a assuré que le Makhzen essaye de faire du Sahara occidental « une partie intégrante de ce plan visant à créer une certaine dépendance des pays européens vis-à-vis des énergies renouvelables« .

Soulignant que l’occupation marocaine du Sahara occidental était « alimentée par des injections de liquidités de pays et de compagnies européennes », le diplomate a signalé que l’économie du Maroc se voit ainsi privée d’une source « très importante » d’argent après la décision du gouvernement allemand.

Dans ce contexte, il a fait observer que cette décision intervient « à la veille d’un verdict très attendu de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) -concernant les accords de pêche UE/Maroc étendus illégalement au Sahara occidental occupé- qui sera certainement très positif ».

« La décision du gouvernement allemand prouve que l’Union européenne est totalement consciente d’une éventuelle reconduction de la décision du Tribunal général, là où ces accords ont été annulés », a-t-il insisté.

APS