L'Algérie Aujourd'hui
A la Une Dernières infos

Retour des Anglais sur le marché pétrolier algérien


Pétrole: le Brent en légère hausse

/La nouvelle visite, ce lundi, de Lord Richard Risby, représentant personnel du Premier ministre britannique, indique un retour sur scène du  Royaume-Uni sur le marché énergétique algérien.

Reçu par les ministres de l’Energie et des mines et son homologue des Energies renouvelables, le représentant de la chambre des lords britanniques, M. Risby, a qualifié les discussions de «très fructueuses», empreintes d’un enthousiasme non dissimulé. Dans le domaine pétrolier et gazier, la question de l’investissement dans l’exploration offshore a été au cœur des discussions. Faisant suite aux déclarations du vice-président responsable de la stratégie, de la planification et de l’économie à  Sonatrach, Rachid Zerdani, sur les ondes de la Chaîne III où il annonçait que la compagnie nationale des hydrocarbures, Sonatrach, prévoyait de réaliser son premier forage de pétrole en offshore en 2023. Rappelons que les grosses compagnies pétrolières anglaises, à l’image de BP ou Shell accumulent de grosses expériences dans le domaine des plateformes offshore. En mer du nord, dans le Golfe du Mexique ou en Afrique, de nombreux sites pétroliers en mer sont gérés par ces deux compagnies. Au cours de son premier entretien avec le ministre de l’Energie et des mines, M. Arkab, M. Risby a reçu un exposé du ministre qui a donné un aperçu général de la politique énergétique algérienne ainsi que du nouveau cadre réglementaire régissant les activités hydrocarbures qui présente plusieurs facilitations et avantages aux investisseurs. En plus du développement du secteur offshore, la partie algérienne a évoqué «la possibilité pour les compagnies britanniques activant dans le domaine des hydrocarbures d’investir en Algérie et établir des partenariats avec le groupe Sonatrach dans l’amont et l’aval pétrolier», a annoncé M. Arkab à l’issue de la rencontre.

Le secteur minier mis en avant

En parallèle, le secteur minier a également fait l’objet d’une large présentation de M. Arkab. Il a évoqué d’importantes opportunités de partenariat et d’investissement offertes par le secteur des mines. Tout en insistant sur les amendements introduits dans le nouveau projet de loi minier qui permettront de stimuler l’investissement et de simplifier les procédures. «Nous souhaitons avoir des partenariats avec des entreprises britanniques dans plusieurs opérations qu’on est en train de développer. Il s’agit de se préparer et de se projeter sur l’avenir surtout concernant les terres et métaux rares avec un transfert de savoir-faire et de technologie », a-t-il expliqué.

Energies renouvelables

Concernant les énergies renouvelables, après un premier round de discussions en février 2020 ou l’accent sur l’investissement dans différentes formes d’énergies dites propres a été évoqué, Lord Risby a évoqué hier avec M. Ziane les moyens de développement de la coopération dans le domaine de la transition énergétique.  M. Benattou Ziane et Lord Richard Risby, ont avancé dans les discussions montrant un intérêt certain des entreprises britanniques qui semblent avoir retrouvé le chemin d’Alger. Nous sommes bien loin de mars 2016 où le même représentant britannique tentait de justifier avec difficulté le retrait de BP du marché algérien. Mais dans le même temps, Lord Richard, interrogé par l’APS à l’époque, avait affirmé que la décision de la British Petrolium n’était que «temporaire», précisant au passage que les projets lancés par l’Algérie dans le domaine des hydrocarbures et du renouvelable intéressent de près les entreprises de son pays qui suivent actuellement leur évolution dans la perspective d’y participer. Cinq années plus tard, les Anglais l’ont fait.

C. S.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez refuser si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus