Retraite proportionnelle et anticipée : Un député dépose une proposition de loi et relance le débat

0
1915
Le DG de la CNR rassure les retraités

PAR ZINE HADDADI

Le retraite proportionnelle et anticipée abandonnée il y a quelques années revient de nouveau au cœur du débat en Algérie.

Cette fois-ci, c’est à l’initiative d’un député, Youcef Adjissa en l’occurrence, que le débat est relancé. Le parlementaire a déposé cette semaine une proposition de loi amendant la loi 16-15 relative à la retraite. L’amendement proposé par le député Youcef Adjissa porte essentiellement sur les articles 6 et 7 de la loi 16-15 sur les conditions d’accès à la retraite.

Le parlementaire propose dans son amendement de l’article 6 de ladite loi que l’accès à la retraite soit basé sur deux conditions principales. Ainsi, le postulant à la retraite doit avoir atteint l’âge légal de la retraite de 60 ans pour les hommes et 55 ans pour les femmes ou bien avoir complété une durée de travail de 32 ans minimum.

Youcef Adjissa propose également que les personnes ayant cotisé pendant 32 ans bénéficient d’une majoration de 2,5% sur chaque année cotisée. Les travailleurs dans les régions du grand sud bénéficient d’une réduction de 5 ans sur la durée du travail tandis que la réduction est portée à 3 ans pour les régions du sud.

Le député en question propose que les années passées au service national soient réduites de la durée totale du travail. Youcef Adjissa suggère également d’amender l’article 7 de sorte à ce que les personnes exerçant des métiers pénibles puissent prétendre à la retraite à l’âge de 55 ans pour les hommes et de 50 ans pour les femmes en plus d’avoir accompli une durée légale de cotisation de 20 ans minimum.

Les personnes aux besoins spécifiques doivent pouvoir bénéficier de la retraite proportionnelle à partir de 50 ans. Youcef Adjissa estime dans l’exposé des motifs de son projet de loi sur la retraite que le retour à la proportionnelle est « devenu une nécessité inévitable », surtout que l’argument des difficultés financières n’est plus de mise depuis que les réserves de change ont atteint des niveaux appréciables ces dernières années.

Les arguments du député Youcef Adjissa

Pour le député, le déficit évoqué de la caisse de retraite est dû principalement aux conséquences de la prolifération du fléau de l’économie parallèle avec les milliards de dollars qui circulent hors du circuit officiel et qui aurait renfloué les caisses de la sécurité sociale.

La proposition de loi sur la retraite a été déposée par le député Youcef Adjissa au niveau du bureau des initiatives de l’assemblée populaire nationale mercredi 10 janvier dernier. Le texte doit être étudié par le bureau de l’APN dans la forme avant d’être soumis à la réunion du gouvernement pour qu’il donne son avis. Ensuite, ce sera au tour de la commission parlementaire spécialisée d’apporter les modifications et les ajouts avant que le texte soit soumis au vote lors d’une séance plénière.

Face aux arguments exposés par le député, le gouvernement doit de son côté trancher sur un dossier qui revient souvent sur le devant de la scène. L’actuel ministre du travail Fayçal Bentaleb, et même son prédécesseur Youcef Cherfa, avaient écarté la possibilité du retour à la retraite proportionnelle et anticipée par le passé.

La déclaration officielle la plus récente à ce sujet est celle de l’actuel ministre du travail qui avait indiqué devant les députés en octobre 2023 que le système de la proportionnelle a été mis en place dans un « contexte particulier » pendant « une période définie », précisant que les « conditions » de son établissement sont « quasi inexistantes à l’heure actuelle ».

La proposition du retour à la retraite proportionnelle et anticipée formulée par le député Youcef Adjissa a-t-elle des chances d’aboutir ? L’avenir nous le dira.

Z. H.