Révision des prix du gaz algérien : l’Espagne abdique

0
96

Après plusieurs mois de tergiversations, la partie espagnole a fini par plier et accepter le principe de l’augmentation des prix du gaz qu’elle achète à l’Algérie.

L’information qui a été révélée hier par la presse espagnole fait état de « l’acceptation par Naturgy de la condition algérienne d’augmenter les prix du gaz qu’elle achète à Sonatrach, avec effet rétroactif à partir d’octobre/novembre 2021 ». Les négociations entre les deux parties ont commencé le mois de novembre 2021.

Des négociations qui vont se poursuivre sur d’autres questions pour arriver à un accord final. Naturgy a joué depuis plusieurs mois la carte du retardement dans l’espoir que les prix du gaz fléchissent sur le marché international.

Comme les prix de ce combustible ont explosé et ne sont pas près de baisser, la partie espagnole s’est retrouvée dans l’obligation d’accepter les conditions imposées par Sonatrach. Pour rappel, la compagnie nationale des hydrocarbures a déjà brandi la menace de fermer les vannes à la partie espagnole si cette dernière ne se conforme pas aux clauses contractuelles.

D’autres partenaires de Sonatrach, à savoir l’Italien Eni et le français Engie, ont déjà accepté la révision à la hausse des prix du gaz importé d’Algérie. Pour rappel, dans les clauses contractuelles, les parties contractantes se sont engagées à la révision des prix du gaz en fonction de l’évaluation du prix de ce combustible sur le marché international.

Cette entente arrive dans un contexte un peu particulier sur le vieux continent, l’Espagne, en particulier, exposée à une crise énergétique des plus aiguës, et Madrid s’est retrouvée non seulement dans l’obligation de maintenir ses relations avec son fournisseur historique de gaz, mais également de tenter d’augmenter ses approvisionnements.

C’est d’ailleurs ce que rapporte la presse espagnole concernant les multiples tentatives du Premier ministre espagnol Pedro Sanchez de décrocher un entretien avec la partie algérienne.

En fait, faute d’augmentation des exportations algériennes vers l’Espagne, celle-ci s’est tournée vers la Russie, d’où les importations de gaz naturel ont augmenté de 102,19% en août par rapport au même mois de l’an dernier, tandis que l’évolution interannuelle des importations de cette matière première en provenance d’Algérie a chuté de 34,8%, en pleine crise politique entre les deux pays, selon le bulletin statistique d’Enagás.

Même si les importations depuis l’Algérie ont chuté, Sonatrach demeure le deuxième fournisseur de l’Espagne en gaz derrière les Etats-Unis avec une part du marché de 24% durant le mois d’août dernier et devant le Nigeria (15,3%), la France (12,3%) et la Russie (11,8%à, d’après la société espagnole Enagas.

A. B.