Rezig : «On vise à exporter nos dattes vers 150 pays avant la fin 2024»

0
180

Lors d’une allocution à l’occasion des portes ouvertes sur l’exportation des dattes et de leurs dérivés au siège de l’Agence nationale de promotion du commerce extérieur (Algex), Kamel Rezig, ministre du Commerce et de la Promotion des exportations, a parlé de la production annuelle de ce fruit en Algérie affirmant qu’elle a atteint 1,2 million de tonnes.

«Ce qu’il faut savoir aussi, c’est qu’avec les dattes, on peut produire de nos jours du chocolat, du sucre, des produits de nettoyage, du miel, de la confiture, du vinaigre et plein d’autres choses.

Nous remercions tous les producteurs qui se donnent à fond et font tout leur possible pour fournir à notre pays ce produit. A mon arrivée ici, l’un des exposants m’a révélé que nos dattes sont exportées jusqu’en Corée du Sud. Elles sont disponibles dans 75 pays, ce qui permet à l’Algérie de récupérer plus de 80 millions de dollars et nous ne comptons pas en rester là.

En effet, nous espérons pouvoir exporter nos dattes vers 150 pays d’ici la fin 2024 pour atteindre une valeur globale des dattes exportées de pas moins de 250 millions de dollars», s’est-il ainsi enthousiasmé.

Il est nécessaire de souligner qu’au cours des dix premiers mois de l’année en cours, le nombre des exportateurs algériens de dattes a atteint 365 exportateurs, contre 350 durant la même période de 2021.

«Nos dattes se vendent à l’étranger comme étant un produit non algérien»

Selon Rezig, «une partie de nos dattes se fait souvent sortir d’Algérie illégalement via les frontières terrestres, puis elles sont vendues à l’étranger comme étant un produit non algérien. Il faut donc intensifier les efforts pour mettre fin à ces pratiques».

Puis il a ajouté : «Nos dattes sont les meilleures. Deglet Nour est 100% algérienne et c’est la fierté de notre pays » et d’ajouter :

«Nos dattes ne sont pas seulement bio, elles sont super bio ».

« Avec le ministère des Affaires étrangères, nous allons coordonner et mettre en plus un programme qui nous permettra d’envoyer ce fruit que nous produisons aux ambassades et aux consulats des pays à qui nous n’exportons pas nos dattes pour qu’ils les découvrent.»

Pour terminer, le ministre du Commerce a assuré que «la filière des dattes dispose d’un grand avenir, elle créera des postes de travail et permettra aux agricultures d’améliorer leur niveau de vie».

Il a également affirmé que les dattes algériennes ne sont «généralement pas» traitées avec des produits chimiques. Cela signifie que le processus de transition vers l’agriculture biologique n’est pas si compliqué pour de nombreux producteurs.

L’Algérie à la 7e place au monde en 2021

Lors de la cérémonie d’ouverture, un représentant de l’Algex a passé en revue les principaux indicateurs de la filière dattes en Algérie.

Selon les données exposées, l’Algérie a occupé en 2021 la 7e place à l’échelle mondiale en matière d’exportation de 76,9 000 t de dattes. Durant le dernier quinquennat, les exportations des dattes algériennes ont atteint 66,4 millions de dollars, réalisant le pic en 2021 de 79 millions de dollars.

D’après les mêmes données, la production des dattes a atteint son pic en 2019 avec 11,36 millions de quintaux, dont « Deglet Nour » en tête de liste (6,14 millions quintaux) suivie des dattes sèches (3,02 millions de quintaux) puis le reste des dattes molles (2,20 millions de quintaux).

Parmi les pays importateurs des dattes algériennes en 2021 figurent la France qui a importé 2142 t pour une valeur globale de 25,36 millions de dollars, suivie de l’Espagne (848 t) pour une valeur de 9,44 millions de dollars.

Quant à la variété des dattes exportées en grandes quantités en 2021, les mêmes données font état de Deglet Nour qui vient en tête du classement avec plus de 25514 t exportés vers les différents pays du monde dont 4884 t vers la France, 2801 t vers l’Allemagne, suivies des dattes molles (plus de 49784 t) puis les dattes sèches (1635 t).

F.C