Sahara occidental, relations avec la France et crise ukrainienne : Les 3 révélations de Tebboune

0
701
Sahara occidental, relations avec la France et crise ukrainienne : Les 3 révélations de Tebboune

Par R. Akli

Le président de la République a livré, à travers une interview diffusée hier par la chaîne Al Jazeera, plusieurs révélations autour de la question du Sahara occidental, de l’évolution des relations algéro-françaises, ainsi que sur le rôle de médiation que pourrait tenir l’Algérie en vue d’aider à la résolution de la de crise ukrainienne.

Ainsi, tout en réitérant la position de soutien immuable de l’Algérie pour la cause du Sahara occidental, le chef de l’État a affirmé qu’en 1964, à l’époque du président Ahmed Ben Bella, le colonisateur espagnol avait officiellement proposé à l’Algérie d’annexer ses territoires, chose que les autorités algériennes de l’époque, a-t-il avancé, avaient ouvertement décliné, car soutenant déjà le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination.

Sur un autre registre, le président Tebboune a également annoncé que l’ambassadeur d’Algérie en France devrait regagner très prochainement son poste à Paris, où il aura à poursuive l’accomplissement de ses différentes missions et obligations, notamment celles liées à la prise en charge des besoins de l’importante communauté algérienne établie en France. Au sujet de la médiation que pourrait apporter la diplomatie algérienne en vue de trouver une issue pacifique à la crise ukrainienne, le président de la République a fait savoir qu’une première initiative avait déjà été menée dans ce sens par l’Algérie au sein de la ligue arabe, dont elle assure actuellement la présidence, mais que cette tentative de médiation n’aura finalement pas donné de résultats, car n’étant pas le fait des seules autorités algériennes.

Selon lui, cette première démarche de médiation menée dans le cadre multilatéral de la ligue arabe aurait très bien pu aboutir si elle était conduite directement et unilatéralement par la diplomatie algérienne. L’Algérie est aujourd’hui «l’un des rares pays à être parfaitement qualifié pour tenir un rôle important en termes de médiation dans la crise en Ukraine, et ce, de par ses principes reconnus de neutralité et le fait qu’il justifie de toute la crédibilité nécessaire au sein de la communauté internationale pour accomplir une telle mission», a-t-il tenu à préciser.

Interrogé dans ce même contexte sur l’attitude des États-Unis quant à la position de neutralité qu’observe l’Algérie vis-à-vis du conflit en Ukraine, le président Tebboune a indiqué que les relations algéro-américaines sont très bonnes et que l’Algérie a toujours observé une position constante de pays neutre et non aligné.

Et d’ajouter en ce sens : «Nous considérons les États-Unis comme un pays ami et nous faisons en sorte de les convaincre que nous n’avons nulle appartenance militaire ou idéologique et que nous sommes juste un pays neutre et non aligné.»

La ligne politique et la position de l’Algérie, a insisté en définitive le chef de l’État, «est le non-alignement et nous traitons aussi bien avec la Russie que les Etats-Unis, dont les grandes firmes pétrolières sont d’ailleurs installées sur le marché algérien».

R.A.