Salon de l’automobile et de la moto d’Oran : L’engouement populaire reprend de plus belle

0
259
Salon de l'automobile à Constantine

DE NOTRE ENVOYÉ À ORAN, BRAHIM AZIEZ

L’ouverture, jeudi, du Salon de l’automobile et de la moto au centre des conventions d’Oran a marqué le retour d’une activité qui a longtemps suscité l’engouement des Algériens. Beaucoup de monde à l’entrée, malgré un ticket d’entrée fixé à 100 DA, la cohue et les bousculades en dépit d’une présence bien timide des exposants. En effet, seules 3 marques automobile (Fiat, Opel et DFSK), 2 fabricants de deux roues (VMS et SYM), 4 banques (BEA, BNA, Al Salama bank et Al Baraka bank), et l’inconditionnel Ghazal, cette entreprise qui a toujours marque de son empreinte les différents salons automobiles du pays pour proposer ses kits GPL/c.

Donc, à la restriction de l’offre, le visiteur avait droit à l’indisponibilité des véhicules, l’absence de promotions de fin d’années et des prix pas toujours à la portée des bourses moyennes. Mais l’ambiance des jours de fêtes était là. Les files d’attentes ne cessaient de se former tout au long de la journée, surtout que tout le monde ne pouvait accéder au lieu d’exposition tant celui-ci était réduit du fait du faible nombre des exposants. Un enthousiasme tout à fait compréhensible quand on sait que le dernier salon d’Oran (Autowest) a eu lieu en 2018, et qu’il n’y a pas eu de véhicules neufs (ni importation, ni
assemblage local) depuis 2019. Du coup, la reprise des importations depuis mars dernier et l’entrée en production de l’usine Fiat de Tafraoui (Oran) le 11 décembre dernier ont donné un coup de fouet à l’engouement populaire pour l’automobile et les salons y afférent.

Le Fiat Titano en vedette très discrète

Si l’ensemble des modèles présentés étaient plus ou moins connus du grand public pour avoir été déjà présentés, la grande curiosité de ce salon aura sans nul doute été le Fiat Titano. Ce dernier qui arrive en avant-première mondiale pour les marchés brésilien et algérien a été présenté en catimini au salon de l’automobile et de la moto d’Oran. Fiat El Djazaïr qui a annoncé, le 6 décembre dernier, l’ouverture des précommandes sur son nouveau Pick Up a voulu faire découvrir le nouveau venu au public oranais, après avoir exposé le véhicule pendant une semaine dans son showroom de Oued S’mar.

Pour rappel, le Fiat Titano, qui est le frère jumeau du Peugeot Landtrek, sera équipé, pour notre marché, d’un moteur Diesel de 1900 cc qui développe 150CH. Il sera couplé à une boite à vitesse manuelle à 6 rapports, et profitera d’une transmission intégrale (4×4) où aux roues avant (4×2), avec des carrosseries en simple et double cabine. Le Titano compte, aussi, sur sa capacité de chargement (1,2 tonne), ainsi qu’une benne conçue de manière à permettre de transporter divers types d’équipements et de matériaux, et de répondre, ainsi, aux besoins spécifiques des professionnels, qu’il s’agisse d’outils agricoles, d’équipements artisanaux ou de matériaux de construction.  Outil de travail, mais aussi de loisir, ce nouveau Pick-Up qui offre 5 places à son bord dispose d’une suspension arrière avec ressorts à lames, et d’un dispositif de blocage de différentiel électronique  » e-locker  » pour une adhérence renforcée dans des conditions exigeantes, telles que la boue et le sable. Alliant élégance et robustesse, le Titano arbore une suspension arrière avec ressorts à lames. Ses prix oscillent entre 3 489 000 DA (simple cabine 4×2) et 4.099.000 DA (endurance+ double cabine 4×4), avec une finition supérieure (Vulcano) proposée à 4 289 000 DA.

Quelques disponibilités chez Opel ont réussi à ravir les premiers arrivés, alors que les autres devront attendre quelques semaines.

Les utilitaires DFSK drainent les foules

Un autre Pick-Up attirait les foules dans ce salon, il s’agit du DFSK PO25. Proposé à 3 920 000 DA, ce Pick-up qui passe pour une véritable copie du Nissan Navara est alimenté par un bloc diesel 2.5 de 166 ch, couplé à une boite de vitesses manuelle à 6 rapports. Les autres utilitaires de la marque chinoise drainaient, eux aussi, les foules tant les professionnels enregistrent un déficit criard en outil de travail. Et malgré des prix qui démarrent à 1 620 000 DA pour le plus simple des mini-trucks simple cabine de 1.0 litre pour 43 ch de puissance DIN et des délais de livraison de 30 à 45 jours, les commandes s’enchainaient pour l’agent DFSK de Birtouta.

Chez les banques, les offres de crédit automobiles, dans ses formules standard et islamique, ont suscité les curiosités, sans plus. Car aucune offre palpable n’était proposée du fait de l’absence (pour le moment) de véhicules assemblés en Algérie. Les premières Fiat annoncées pour le 11 décembre ne sont pas encore sur le marché. Il faudra encore attendre…

B. A.