Selon une note de l’Abef : L’importation des intrants avicoles depuis l’Espagne de nouveau « autorisée »

0
1851

PAR ZINE HADDADI

Après le volet diplomatique, le processus de rétablissement des relations entre l’Algérie et l’Espagne sur le plan économique et commercial est également enclenché.

Le retour des transactions commerciales entre l’Algérie et l’Espagne est acté. En effet, l’association professionnelle des établissements bancaires et financiers(Abef) autorise de nouveau la domiciliation de transactions avec l’Espagne. L’importation des intrants avicoles est le premier segment concerné par le retour à la normale des relations commerciales avec l’Algérie et l’Espagne. Dans une note adressée par l’Abef aux banques et établissements qui lui sont affiliés, datée du 14 janvier, on apprend que l’importation des poussins repro chair, des poussins repro ponte comme des œufs à couver en provenance de l’Espagne est « autorisée ».

«Une ouverture progressive»

Ainsi, les opérateurs de la filière du poulet peuvent de nouveau domicilier leurs transactions d’importation des produits cités « à l’appui d’une autorisation délivrée par les services du ministère de l’agriculture et du développement rural », indique la note de l’Abef. Si le retour des importations de produits en provenance de l’Espagne concerne pour le moment les intrants avicoles, l’autorisation des domiciliations laisse entrevoir un retour progressif des relations commerciales entre les deux pays.

Contacté par l’Algérie Aujourd’hui, le président du cercle de commerce et d’industrie algéro-espagnol (CCIAE), Djameleddine Bouabdallah, y voit « une ouverture progressive qui devrait être suivie d’une ouverture totale très prochainement ». Entre l’Algérie et l’Espagne, l’alignement sur la position marocaine concernant le conflit du Sahara occidental exprimé par Pedro Sanchez via une lettre adressée au roi du Maroc publié par Rabat, le 18 mars 2022 a donné lieu à un épisode de tensions qui a marqué les relations algéro-espagnoles pendant plus de vingt mois.

Alger a riposté au revirement espagnol d’abord par la voie diplomatique en rappelant son ambassadeur puis sur le plan commercial. Si officiellement l’Algérie n’a pas suspendu ses relations commerciales avec l’Espagne, les transactions entre les deux pays ont cessé depuis juin 2022 jusqu’à ce mois de janvier 2024 où l’Abef a informé les établissements bancaires que l’importation des intrants avicoles depuis l’Espagne est autorisée.

Chronologie du retour à la normale entre Alger et Madrid

C’est à partir de l’automne 2023 que les relations algéro-espagnoles ont commencé à prendre le chemin du rétablissement. Les contacts noués en septembre en marge de l’assemblée générale des nations unies ont débouché sur le retour de l’ambassadeur algérien à Madrid en novembre de la même année.

Le retour d’un discours équilibré de la part du chef du gouvernement espagnol Pedro Sanchez sur le Sahara occidental a favorisé le dégel avec l’Algérie, comme l’avait indiqué le ministre algérien des affaires étrangères Ahmed Attaf dans une interview en décembre.

En effet, Pedro Sanchez a déclaré aux nations unies que son pays œuvrait pour une solution dans le cadre des résolutions du conseil de sécurité de l’ONU pour le Sahara occidental reprenant ainsi l’équilibre qui a historiquement marqué la position espagnole sur ce dossier et qui cadre avec l’approche algérienne.

En décembre dernier, l’ambassadeur espagnol à Alger Fernando Morán Calvo Sotelo avait été reçu par le président du conseil du renouveau économique algérien, Karim Moula. Une rencontre au caractère économique qui avait présagé le retour des transactions entre les deux pays qui s’est traduit un mois après par l’instruction de l’Abef citée plus haut.

La semaine dernière, le chef du gouvernement espagnol Pedro Sanchez a qualifié l’Algérie de « pays ami » et de « partenaire stratégique » dans des déclarations officielles scellant la fin de la brouille diplomatique entre les deux pays.

Z. H