Situation à Rafah: Le Conseil de sécurité se réunira ce lundi à la demande de l’Algérie et de la Slovénie

0
149
Le Conseil de sécurité se réunira lundi à la demande de l'Algérie et de la Slovénie

A la demande de l’Algérie et de la Slovénie, le Conseil de sécurité de l’ONU tiendra, demain lundi, une séance publique pour discuter de l’évolution de la situation à Rafah, qui est le théâtre d’une brutale agression sioniste.

Selon les Nations Unies, environ 800 000 Palestiniens ont été déplacés de force de Rafah depuis que l’armée d’occupation a émis les derniers ordres de déplacement forcé le 6 mai, à la veille de l’invasion terrestre de la ville.

Dans son discours lors de la 33e session du Conseil de la Ligue arabe, tenu jeudi à Bahreïn, le SG des Nations Unies, António Guterres, a affirmé que toute attaque contre Rafah était inacceptable, car elle provoquerait une nouvelle vague de violences, douleur et misère.

La porte-parole du Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) à Gaza, Olga Shirevko, a souligné que les personnes déplacées de Rafah se sont dirigées vers les régions d’Al-Mawasi, la ville de Khan Yunis et le centre de Gaza, emportant avec eux le moins qu’ils possédaient et sans abri ni ressources de base.

La déclaration finale du Sommet arabe de Bahreïn a condamné l’obstruction par l’occupation des efforts de cessez-le-feu à Gaza et sa poursuite de l’escalade militaire, en élargissant son agression contre la ville palestinienne de Rafah, malgré les avertissements internationaux sur les conséquences humanitaires catastrophiques de cette situation.

Les pays arabes ont également condamné le contrôle exercé par l’occupation sur le côté palestinien du terminal de Rafah, dans le but de renforcer le siège des civils dans la bande de Gaza, ce qui a conduit à l’arrêt des opérations du terminal et du flux de l’aide humanitaire.