Sommet arabe : une commission de sages pour régler les crises

0
242
Sommet arabe

Le Sommet arabe à Alger a accouché d’un mécanisme pour le règlement des crises dans la région.

L’annonce a été faire hier par le directeur général de l’information et de la communication au ministère des Affaires étrangères, Abdelhamid Abdaoui, dans un entretien à l’ENTV.

Il est ainsi question, selon lui, de la création d’«une commission des sages pour le règlement des crises de la région arabe, présidée par l’Algérie».

Les membres du Sommet arabe traversés par de multiples crises 

Indispensable et nécessaire, cette commission s’impose pour la région traversée ces dernières années par une multitude de crises et de conflits sans que les mécanismes internationaux, l’ONU notamment, puissent y remédier. Les interventions de la communauté internationale ont dans la majorité des cas contribué à l’enlisement de la situation et sa complexification.

Les pays arabes, notamment ceux de la ligue, ne disposent pas d’instruments efficaces pour solutionner les crises qui font désormais partie de la vie de la région. Et le sommet d’Alger a le mérite de poser la problématique et d’apporter la réponse pour résoudre ces crises. M. Abdaoui n’a cependant pas détaillé les contours et la composante de cette commission. Il s’est contenté d’annoncer sa prochaine naissance en précisant qu’elle sera présidée par l’Algérie.

Une réponse aux défis du Sommet arabe 

Lamamra et Abou al-Gheit ont abordé cette question lors de la conférence de presse qu’ils ont animée à l’issue du sommet de la ligue, lorsqu’ils ont évoqué les crises et les conflits dans les pays arabes et les ingérences étrangères en plaidant pour une solution arabe à ces crises. La commission des sages offre une réponse à la mesure des défis auxquels fait face la sphère arabe.

Abdaoui a par ailleurs évoqué la question palestinienne sous l’angle de la proposition algérienne de réclamer un siège à part entière à l’ONU à la Palestine. «L’Algérie dirigera le processus du soutien à l’adhésion à part entière de la Palestine aux Nations unies en tant que présidente de l’actuelle session de la ligue arabe», a-t-il indiqué.

Par Djilali B.