SOS O2: L’oxygène est devenu le combat quotidien des Algériens

0
38
L’oxygène est devenu le combat quotidien des Algériens
L’oxygène est devenu le combat quotidien des Algériens

La situation sanitaire est alarmante. Beaucoup d’hôpitaux à travers le pays perdent des patients faute d’oxygène.

Le hic, c’est que ce manque d’oxygène est intervenu quelques jours seulement après les propos très rassurants du ministre de l’Industrie pharmaceutique, Benbahmed, qui a assuré, chiffres à l’appui, que l’Algérie était capable de couvrir la demande nationale et même beaucoup plus. On ne peut remettre en question la véracité des propos du ministre, qui sont sûrement vrais, encore moins prouver le contraire, mais la réalité est là. Nos hôpitaux suffoquent. Des citoyens meurent chaque jour, par dizaines, d’autres vont sûrement suivre, si son secteur, en collaboration avec ceux du ministère de la Santé, des Transports et même de l’armée ne coordonnent pas leurs efforts, pour mettre en place une logistique, un plan qui fera en sorte que nos établissements hospitaliers reçoivent leurs quotas d’O2 dans les temps et en quantité suffisante pour couvrir les besoins de chacun d’entre eux.

On se débrouille comme on peut

Mais en attendant, les Algériens font comme ils peuvent. Ils s’adaptent à la situation et se débrouillent pour acquérir cette précise bouteille par tous les moyens et n’hésitent pas à se battre, à supplier et même à l’acheter 10 fois son prix pour sauver un être cher. Les exemples ne manquent pas, il suffit d’aller sur le net et les réseaux sociaux pour se faire une idée de la dangerosité de la situation.

Là où le bât blesse, c’est que dans tous les cas qu’on a pu constater jusque-là, l’oxygène est disponible, mais arrive chaque fois en retard, sinon, dans les meilleurs des cas in extrémis. Il n’existe vraiment aucune coordination entre le fournisseur, le transporteur et les hôpitaux. On a vu des établissements passer la nuit sans oxygène, d’autres le réceptionner trop tard… On a même vu à Aïn Defla des ambulances attendant de faire le plein devant le portail fermé d’un fournisseur.  

… Et les instructions de Benbahmed ?

Le ministre de l’Industrie pharmaceutique s’est réuni dimanche dernier avec les producteurs d’oxygène industriel. Il a instruit, au cours de ce rendez-vous l’ensemble des présents à «assurer une meilleure coordination avec la cellule de crise installé au niveau du Premier ministère notamment en communiquant les quantités d’oxygène produites et livrées J et J-1, le planning de distribution à J+1, le recensement des besoins réels de chaque établissement de santé livré ainsi que la cartographie de leur clientèle.

Le ministre a également donné des orientations visant à garantir une meilleure organisation en termes de production de l’oxygène médical et sa distribution au niveau national, et ce, en identifiant un itinéraire de distribution de l’oxygène précis et définitif par chaque opérateur, d’externaliser la commercialisation des bouteilles d’oxygène des sites de production. Si ces instructions étaient exécutées sur le terrain, on n’en serait sûrement pas là.

Nous avons tenté d’entrer en contact avec deux producteurs pour qu’ils nous expliquent les raisons de ce blocage, sans succès.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici