Tunisie : des milliers de manifestants anti Saied

0
8

Plusieurs milliers de manifestants se sont rassemblés hier à proximité du Parlement tunisien, gelé depuis plus de trois mois, pour protester à nouveau contre la décision du président Kais Saied de s’arroger les pleins pouvoirs, dénonçant un « coup d’Etat ». Après des mois de blocage politique et au milieu d’une grave crise socio-économique et sanitaire, M. Saied a invoqué le 25 juillet un « péril imminent » pour limoger le Premier ministre, suspendre les activités du Parlement et reprendre en main le pouvoir judiciaire. « Le projet de Kais est la guerre civile », « Le peuple veut (slogan de la campagne présidentielle de M. Saied, ndlr) ce que vous ne voulez pas… », ou encore « Pas de dignité sans liberté », ont martelé les manifestants. Un impressionnant dispositif policier bloquait tous les accès au Parlement, situé dans le quartier du Bardo près de Tunis. « Ils ont fermé toutes les routes, les avenues, les autoroutes. Après avoir fermé l’Etat, Saied a fermé les institutions, la Constitution. Il a fermé le pays. Il a fermé la République », a fustigé devant les médias Jawhar Ben Mbarek, un spécialiste en droit constitutionnel et figure de la gauche tunisienne. Plusieurs internautes ont partagé sur les réseaux sociaux des images de véhicules bloqués par la police pour les empêcher de rejoindre la banlieue du Bardo. Dénonçant une nouvelle fois le « coup d’Etat » du président, les manifestants avaient écrit sur leurs pancartes : « Les actions de Kaies Saied ont abouti à la faillite » de la Tunisie, « Non à l’intimidation des médias » ou « Un pouvoir judiciaire indépendant est requis ». Une poignée de députés du parti d’inspiration islamiste Ennahdha, principale force au Parlement dissous fin juillet, étaient aux premiers rangs, à côté d’élus de gauche portant des panneaux clamant : « Députés contre le coup d’Etat ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici