Une rentrée universitaire sans couacs

0
77
Une rentrée universitaire sans couacs

PAR AMAR R.

Plus de 1,6 million d’étudiants ont rejoint depuis samedi les bancs de l’université, au titre de l’année universitaire 2023/2024, encadrés par près de 70 000 enseignants au niveau des différents établissements universitaires, et dans des conditions jugées  »satisfaisantes » eu égard aux moyens considérables mis en place par l’Etat pour assurer non seulement des places pédagogiques, mais aussi le gîte et le couvert pour les nouveaux et anciens étudiants.

Au-delà du langage des chiffres fournis, comme à l’accoutumée, la nouvelle rentrée universitaire a eu lieu dans un contexte nouveau, où l’Université algérienne se voit confier la mission de servir de  »locomotive » pour la recherche scientifique et un modèle dans l’utilisation de la numérisation, ainsi que de contribuer efficacement à l’effort national pour soutenir l’économie du pays.

C’est ce qui ressort nettement de la réunion du Conseil des ministres que le président de la
République a présidé il y a près de deux semaines, lors duquel il a instruit le gouvernement de créer une école nationale supérieure de cybersécurité, en coordination avec le ministère de la Défense nationale, pour  »assurer l’unification des efforts et une double efficacité dans ce domaine sensible, afin de renforcer la sécurité nationale ».

Pour autant, le chef de l’Etat a aussi donné instruction pour préparer une étude globale et intégrée sur la faisabilité d’un retour flexible au système  »Licence Classique », en compensation du système  »LMD ». Il s’agit en outre de préparer une nouvelle carte de répartition du système universitaire dans la vision des  »villes universitaires » qui préserve la philosophie de la solidarité et la dimension nationale dans la formation des cadres universitaires algériens.

Le Président a chargé les ministres de l’Enseignement supérieur et des institutions émergentes de préparer une liste des meilleures institutions à envoyer en Chine, en Corée du Sud et aux États-Unis d’Amérique pour connaître les expériences de ces pays dans divers domaines.

Affluence vers les spécialités scientifiques et technologiques

Dans ce sillage, cette nouvelle rentrée universitaire a connu une affluence vers les spécialités scientifiques et technologiques, puisque 64% des 331 272 nouveaux étudiants ont été orientés vers ces spécialités, contre un taux de 36% pour les sciences humaines et sociales, selon les statistiques fournies par le département de Kamel Baddari.

Ainsi, de nouvelles spécialités adaptées au marché de l’emploi ont été créées au niveau de plusieurs établissements universitaires, via des réseaux thématiques, à savoir le dessalement de l’eau de mer et le traitement des eaux salines créées au niveau des Universités de Ouargla, l’Université des sciences et technologies Houari-Boumediène d’Alger (USTHB), l’Ecole nationale supérieure d’hydraulique (ENSH) et l’Ecole nationale polytechnique d’Oran dans le cadre du soutien à la sécurité hydrique.

Ceux-ci s’ajoutent aux deux nouvelles Ecoles supérieures qui ont été créées au niveau du pôle technologique de Sidi Abdallah, notamment l’Ecole nationale supérieure de la nano et nanotechnologie qui a enregistré l’inscription de 200 étudiants, tandis que l’Ecole nationale supérieure de la technologie des systèmes autonomes a vu l’inscription de 215 autres.

L’Ecole nationale supérieure de mathématiques a, quant à elle, accueilli 306 étudiants, alors que l’Ecole nationale de l’intelligence artificielle a enregistré 314 étudiants, selon le directeur général de l’enseignement et de la formation au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Ali Choukri.

Pour cette année, 246 étudiants se sont inscrits aussi en double diplôme au niveau de 6 universités pilotes, à savoir M’sila (droit privé et informatique, management des affaires et anglais), Laghouat (spécialités économie numérique et mathématiques appliquées), Tlemcen (spécialités finance internationale et anglais), Oran 1 (spécialités informatique et sciences de gestion) et Annaba (automatisme et informatique), a assuré le même responsable.

Consécration de la politique de  »zéro papier »

Sur le plan organisationnel, la rentrée universitaire de cette année a été marquée par la consécration de la politique « zéro papier », à travers la numérisation de l’opération d’inscription dans ses différentes étapes, en sus des services ayant enregistré l’adoption d’une carte intelligente « unique et unifiée » qui permet d’accéder à toutes les œuvres universitaires (transports, hébergement, restauration et bibliothèques).

Le secteur de l’Enseignement supérieur sera renforcé par 40 000 places pédagogiques, réalisées dans 8 wilayas pour une enveloppe de 44,75 milliards de dinars, et de 21 500 lits répartis à travers 9 wilayas pour un montant de 25,75 milliards de dinars, et ce en vue d’améliorer les capacités d’accueil des étudiants au niveau des établissements universitaires.

Pour l’amélioration de la capacité d’accueil des étudiants, plusieurs structures pédagogiques et de services seront réceptionnés, en outre, à l’instar des structures d’hébergement en vue de satisfaire les besoins académiques et socioculturels de cette catégorie.

A. R.