Vers une hausse de la demande mondiale en énergie : Belles perspectives pour l’Algérie en 2024

0
360
Vers une hausse de la demande mondiale en énergie : Belles perspectives pour l'Algérie en 2024

PAR NABIL M.

L’Algérie s’attend à de belles perspectives pour son avenir énergétique en cette nouvelle année. Le marché mondial de l’énergie prévoit une croissance dynamique pour 2024.
La société de recherche et d’analyse Economist Intelligence a publié récemment une étude sur les perspectives énergétiques pour 2024, dans laquelle elle a fait état de l’augmentation de la demande mondiale d’énergie avec une croissance attendue au niveau de la production. Selon cette étude, la demande mondiale d’énergie devrait augmenter de 1,8% en 2024, par rapport à l’année d’avant (1,2%), en raison de plusieurs facteurs, notamment en Asie, due à une utilisation intensive des énergies et au Moyen-Orient
en raison de l’augmentation des températures, tandis qu’en Afrique, cette augmentation sera tirée par les efforts déployés par les gouvernements de ce continent pour améliorer l’accès à l’énergie et aux projets industriels.

La demande atteindra des niveaux records

Selon l’étude du Economist Intelligence, la demande de pétrole et de gaz naturel atteindra des niveaux record en 2024. Dans le secteur pétrolier, cette demande mondiale devrait augmenter de 1,7% sur un an en 2024, tirée en grande partie par les marchés d’Asie, d’Amérique latine et du Moyen-Orient. Pour le gaz naturel, la demande devrait rester modérée, selon la même source, en raison des prix élevés. Cependant, l’Asie et le Moyen-Orient continueront de connaître une croissance de la demande, en particulier dans le secteur de la production d’électricité, estime le document de l’Economist Intelligence.

Cette augmentation de la demande mondiale sur ces énergies poussera inévitablement les pays producteurs à investir davantage dans ce créneau pour tirer profit de cette hausse de la demande, ce qui mène à croire que la production de pétrole et de gaz devrait croître en  2024. La volonté de l’Union européenne de remplacer les approvisionnements en gaz russe
devrait stimuler les investissements dans d’autres régions, notamment en Afrique,
avec une production mondiale de gaz qui devrait augmenter de 2,2% sur un an.

Pour les énergies renouvelables, une expansion rapide du marché est attendue en 2024 à mesure que les efforts mondiaux visant à garantir la sécurité énergétique, tout en passant à des sources décarbonées, s’accéléreront, estime la même étude. La consommation combinée d’énergie solaire et éolienne augmentera de 11% sur un an, et la capacité d’énergie renouvelable devrait augmenter en 2024 par rapport au niveau record de 400 GW
atteint en 2023.

Un grand profit pour l’Algérie

Les pays africains, en particulier les producteurs de gaz comme l’Algérie, devraient jouer un rôle central pour répondre à la demande croissante de l’année en cours. Déjà, l’Algérie est de plus en plus sollicitée par de nombreux pays pour augmenter l’approvisionnement en gaz, particulièrement ceux du Vieux Continent, à la recherche d’alternative au gaz russe impacté par la crise ukrainienne.

Le groupe Sonatrach, conscient du rôle que doit jouer l’Algérie en tant que fournisseur indispensable de l’Europe, a déjà consacré une enveloppe de 30 milliards de dollars, pour accroitre la production et améliorer les infrastructures de transport et lancer de nouveaux projets pour la nouvelle année. Le groupe compte ainsi augmenter sa production de gaz à plus de 140 milliards de mètres cubes à court terme (contre 130 milliards actuellement),
pour arriver jusqu’à atteindre une exportation de 100 milliards de mètres cubes de gaz. Ceci, en multipliant les projets d’exploration dans les régions gazières du sud-ouest et même dans l’offshore

Sonatrach compte ainsi investir 40 milliards de dollars dans l’exploration, la prospection et la production d’ici à 2026. Dans le domaine de l’énergie renouvelable, l’Algérie ambitionne de devenir un « pays fiable » dans la production et l’approvisionnement de cette énergie
verte, à l’image de sa production et de l’approvisionnement en gaz naturel. Le renforcement par l’Algérie de sa production et la maîtrise des technologies profiteraient
assurément aux pays africains, dont 700 millions d’Africains vivent sans électricité.

Elle compte également fournir l’Europe en électricité à travers un câble électrique
reliant l’Algérie à l’Europe au point le plus proche de l’Italie, à 270 km. En août dernier, le président Abdelmadjid Tebboune avait déclaré, lors d’une entrevue accordée à des médias
nationaux, que « l’Algérie est prête à exporter 10 000 mégawatts (MW) d’électricité
vers l’Europe si cette dernière en forme le vœu ».

N. M.