Warda El Djazairia : une voix, une légende

0
290

Par Delloula Morsli

Warda El Djazairia, icône de la musique algérienne et arabe, a marqué de son empreinte la scène artistique pendant plus de six décennies. Le 17 mai 2012, elle s’éteignait au Caire à l’âge de 72 ans. Son corps repose au cimetière El-Alia à Alger.

Warda El Djazairia, de son vrai nom Warda Ftouki, née le 22 juillet 1939 à Paris, était une chanteuse légendaire. Sa voix puissante et émouvante, son talent exceptionnel ont fait d’elle l’une des figures les plus emblématiques de la musique arabe.

Dès son jeune âge, Warda baigne dans l’univers musical. Née d’un père algérien et d’une mère libanaise, elle grandit dans l’établissement « Tam-Tam » à Paris, propriété de son père, où elle côtoie les plus grands noms de la chanson orientale. C’est là qu’elle fait ses premiers pas sur scène, chantant déjà pour l’indépendance de l’Algérie.

Forcée de fuir la France avec sa famille suite à la découverte d’armes destinées au FLN dans l’établissement de son père, Warda s’installe au Liban où elle poursuit sa carrière.

En 1972, à l’invitation du président Houari Boumediene, Warda participe aux célébrations du 10e anniversaire de l’indépendance de l’Algérie. Elle interprète « Min ba’id » (De loin), une chanson poignante rendant hommage aux martyrs de la révolution et exprimant son bonheur de retrouver sa patrie après une longue absence.

Sa carrière internationale décolle justement dans les années 1970. Elle s’installe en Egypte et devient une star du cinéma et de la télévision, apparaissant dans des films comme « Amirat El Arab » (1963) et « Sawt el hob » (1973). Mais la musique reste sa passion première et elle enchaîne les succès avec des chansons d’amour inoubliables.

Warda El Djazairia était une artiste généreuse et engagée. Elle était également une grande ambassadrice de la culture algérienne et arabe. Avant sa disparition, Warda préparait un clip pour célébrer le cinquantenaire du recouvrement de l’indépendance. Réalisé par Mounès Khemmar, « Ayam » verra le jour après le décès de la diva. Un dernier hommage à une artiste exceptionnelle.

D.M.