Zebdi : «Le lait en boite ? Il n’y a pas de crise tant qu’il y a des alternatives»

0
44

/Disparu des étals depuis déjà quelques jours, la quête du lait UHT emballé (lait en boite) est une devenu un véritable parcours du combattant. Qualifiant cette la pénurie de «passagère», le président de l’Organisation algérienne de protection et d’orientation du consommateur et son environnement, le Dr Mustapha Zebdi, estime qu’il n’y pas de raison de s’affoler.

«Je ne dirais pas qu’il y a  pénurie, mais plutôt un manque de lait en boite au niveau de certaines régions, la situation est loin d’être critique. Il s’agit juste d’une tension qui va s’atténuer avec l’arrivée des importations et le retour à la normale dans les unités de production», affirme Zebdi qui souligne que cette crise était bel et bien prévisible en se référant aux alertes lancés il y a des mois par les opérateurs.  Le président de l’Apoce estime que le manque de lait emballé, «produit non subventionné et destiné à une certaine catégorie» peut être facilement pallié par le lait de vache en sachet ; un produit disponible en abondance. «Je ne peux pas dire qu’il y a une crise de lait car cela ne concerne pas les produits de base destinés aux personnes démunies. Je trouve que c’est une bonne occasion pour les personnes qui consomment le lait en boîte d’essayer d’autres produits de qualité comme le lait de vache dont le prix du sachet n’excède pas les 50 DA. Il n’y a pas de crise tant qu’il y a des alternatives», déclare notre interlocuteur.

Des distributeurs ont réduit leurs achats

Voulant en savoir un peu plus sur l’état de la production du lait UHT emballé, nous avons tenté de joindre de nombreux producteurs locaux en vain excepté la laiterie Soummam qui nous a confirmé, pour sa part, le maintien du même rythme de production. Selon notre interlocuteur, la raison qui fait que le lait Soummam en boite se fait rare est dû au fait que l’entreprise a répercuté la hausse des prix des intrants et du fret sur son produit. Constatant cette hausse, les distributeurs ont réduit leurs achats auprès du producteur. Néanmoins afin d’assurer distribution équitables dans les zones ou le manque est flagrant, les distributeurs ont limité la distribution à 10 packs de lait Soummam par supérette, c’est le cas par exemple dans la commune de Chéraga, à Alger.

W. S.