L'Algérie Aujourd'hui
Le Monde

Zelensky accuse la Russie de commettre un « génocide »

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a accusé hier la Russie de commettre un « génocide » en Ukraine pour éliminer « toute la nation », au lendemain de la découverte de nombreux corps dans les rues d’une ville près de Kiev après le départ des forces russes. « Oui, c’est un génocide. L’élimination de toute la nation et des gens, nous sommes citoyens d’Ukraine. Nous avons plus de 100 nationalités. Il s’agit de la destruction et de l’extermination de toutes ces nationalités », a-t-il déclaré dans un entretien avec la chaîne américaine CBS. « Et cela se passe dans l’Europe du XXIe siècle », a-t-il soupiré, dénonçant « la torture de toute la nation ». L’Ukraine avait déjà accusé l’armée russe d’avoir commis un « massacre délibéré » de civils à Boutcha, une ville au nord-ouest de Kiev, ainsi que d’autres « horreurs » dans les régions désormais « libérées de l’envahisseur », qui ont déclenché l’indignation des Occidentaux et des appels à des sanctions supplémentaires contre Moscou. Le président Zelensky a appelé au « retrait de 100% de leurs troupes » pour revenir « au moins » à la situation d’avant le 24 février, jour de l’invasion russe.  « Cela nous permettrait de commencer à discuter d’autres question sur la fin de l’occupation, comment nous vivons après cela », a-t-il ajouté sur CBS, selon des extraits diffusés sur Twitter. « Je ne peux même pas avoir une rencontre tant qu’ils bombardent. Donc d’abord le cessez-le-feu, ensuite on peut rencontrer le président russe » Vladimir Poutine, a ajouté Volodymyr Zelensky. « Tous les deux, nous allons discuter. Quand la fin de la guerre arrivera, et ensuite nous discuterons ensemble des garanties de sécurité, et du statut de neutralité », tout « en préservant notre souveraineté et une armée puissante », a-t-il estimé, énumérant les propositions ukrainiennes lors des pourparlers en cours avec Moscou. « Et si cet accord est violé, nous devons avoir la possibilité de nous défendre », a-t-il prévenu. « Une fois que nous aurons discuté de tout cela, toutes les troupes doivent être retirées. Et après leur retrait, on peut s’asseoir avec les pays qui serviront de garants de la sécurité », a-t-il ajouté.

+++++++++++++++++++++

Plus d’un demi-million de personnes sont retournées en Ukraine

Plus de 500.000 personnes sont retournées en Ukraine depuis le début de l’invasion russe, a annoncé hier le ministère ukrainien de l’Intérieur. « Au cours de la semaine écoulée, 144.000 personnes ont quitté l’Ukraine et 88.000 y sont arrivées. Au total (…), environ 537.000 de nos compatriotes sont rentrés en Ukraine », a déclaré dans un communiqué le ministère, citant les données du Service national des frontières. Le Haut-commissariat aux réfugiés (HCR) a de son côté recensé samedi 4.176.401 d’Ukrainiens partis pour l’étranger depuis le déclenchement, le 24 février, du conflit, soit 38.559 de plus qu’au précédent pointage la veille.   L’Europe n’a pas connu un tel flot de réfugiés depuis la Deuxième Guerre mondiale. L’Organisation internationale pour les migrations de l’ONU a précisé qu’environ 205.500 non-Ukrainiens avaient aussi fui l’Ukraine, rencontrant parfois des difficultés à retourner dans leur pays d’origine. Au total, ce sont plus de dix millions de personnes, soit plus d’un quart de la population, qui ont dû quitter leur foyer, soit en traversant la frontière pour trouver refuge dans les pays limitrophes, soit en se déplaçant ailleurs en Ukraine.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez refuser si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus