L'Algérie Aujourd'hui
Sports

Amara ne veut plus quitter la FAF

/Coup de théâtre ! Après avoir annoncé sa démission lors d’une conférence de presse tenue jeudi, Charaf-Eddine Amara a fini par revenir sur sa décision et s’accroche désormais à son poste.

La défaite concédée par les Verts au stade Mustapha-Tchaker à Blida mardi passé contre la sélection camerounaise sur le score de deux buts à un n’a pas été sans conséquences. L’équipe nationale non qualifiée pour la prochaine Coupe du monde, prévue pour le mois de novembre prochain au Qatar, l’avenir du sélectionneur Djamel Belmadi est plus que jamais sur toutes les lèvres. Le coach n’ayant toujours pas communiqué sa décision, celle de rester ou quitter le navire. Le président de la Fédération Algérienne de Football, lui, a été moins réticent et a révélé lors d’un point de presse organisé à la fin de la semaine passé qu’il n’ira pas au bout de son mandat. Elu depuis moins d’une année, il a tranché en préférant rendre le tablier mais finalement cette envie de tout plaquer n’a duré que quelques jours. En effet, le successeur de Kheireddine Zetchi, voyant qu’il était le seul à faire jusque-là les frais de cette énorme déception alors qu’il estime ne pas être le seul responsable, a fini par faire machine arrière. Ainsi, il a révélé ne plus vouloir partir et le fait qu’il n’a toujours pas remis sa lettre de démission au secrétaire général en est la preuve.

Des indices qui ne trompent pas

Finalement, Charaf Eddine Amara n’a pas joint l’acte à la parole. Certes, il a annoncé son retrait des commandes de la Fédération, mais à aucun moment il n’est allé au bout pour confirmer son départ. Le boss du Groupe Madar a d’ailleurs été aperçu au siège de la plus haute instance footballistique du pays hier. Il s’est présenté à son bureau le plus normalement du monde et a accompli son travail comme il a l’a toujours fait par le passé. Selon les informations dont nous disposons, Charaf Eddine Amara a même assuré aux employés qu’il a croisés qu’il poursuivra sa mission au moins jusqu’à la prochaine assemblée générale.

L’autre indice qui montre qu’Amara s’est peut être exprimé trop rapidement et qu’il ne veut plus jeter l’éponge, c’est les condoléances faites à la famille et proches du défunt Rachid Asma, le désormais ex-président de la Ligue de Tizi-Ouzou décédé alors qu’il était en mission à l’étranger puisqu’il a accompagné la délégation de la JS Saoura, c’est au nom de Charaf-Eddine Amara qu’elles ont été présentés et non pas au nom Mohamed Maouche, celui qui devrait assurer l’intérim jusqu’à l’élection d’un nouveau président. Et C’est aussi Amara qui est intervenu pour le rapatriement de sa dépouille.

Ça a chauffé entre lui et Aïssaoui

Selon les informations que nous avons obtenues, Charaf Eddine Amara a eu un vif accrochage avec Mouldi Aïssaoui ces dernières heures. Membre du bureau fédéral, l’ancien ministre de la Jeunesse et des Sports mais aussi ex-président de la FAF semble ne plus accepter ni valider les décisions prises par le successeur de Zetchi. Il le lui a d’ailleurs fait savoir et c’est ce qui a créé un climat électrique au siège de la FAF. Les prochains jours s’annoncent mouvementés et cela risque de faire beaucoup de mal au football national. Pour ce qui est des futur candidats à la succession d’Amara, à l’image de Bahloul, ils devront revoir leur plan et adopter une nouvelle stratégie avant l’AG prochaine qui s’annonce déjà chaude.

F. C.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez refuser si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus