Après Decathlon, Celio, Zara, Okaidi, Waikiki et Jennyfer vont produire en Algérie

0
590
Après Decathlon, Celio, Zara, Okaidi, Waikiki et Jennyfer vont produire en Algérie

Présent à l’ouverture du salon national des produits textiles, de l’habillement et de la chaussure qui se tient jusqu’au 19 avril au palais des expositions des Pins maritimes (Safex), le ministre du Commerce et de la Promotion des exportations en a profité pour souligner que son secteur œuvre à « mettre en place une feuille de route détaillée pour développer la filière textile et cuir en vue d’évaluer les capacités productives réelles de chaque produit, l’objectif étant de mesurer le taux de la demande insatisfaite ».

PAR BRAHIM AZIEZ

Pour Tayeb Zitouni, cette stratégie sera susceptible de « réaliser l’équilibre sur le marché
national entre les produits fabriqués localement et ceux importés », arguant que cette démarche permettra aussi de cerner de près les problèmes entravant le développement de cette filière, en sus de créer des mécanismes et de trouver des solutions à même de
la développer pour augmenter son volume de production.

Appelant les opérateurs nationaux et étrangers à s’intéresser davantage à la production locale et augmenter le taux d’intégration, Tayeb Zitouni insistera sur le défi actuel qui consiste à « augmenter la valeur ajoutée de la filière et améliorer la qualité en adoptant
des normes internationales qui protègent le consommateur algérien ».

Pour le ministre du Commerce, l’intérêt d’investir dans ce secteur ne fait aucun doute :

« C’est un secteur prometteur dont tous les indices suggèrent un marché gagnant localement et à l’extérieur, car s’ouvrant sur plusieurs espaces commerciaux libres, arabes, africains et européens, en sus de la main d’œuvre qualifiée et non coûteuse,
de la disponibilité de l’énergie à des prix concurrentiels et du positionnement géographique stratégique du pays ».

31,86 M$ d’exportation en 2022

Ses convictions quant aux potentialités de la filière s’appuient sur les chiffres de la valeur
des exportations algériennes dans les domaines du textile, des cuirs et des chaussures qui ont atteint 31,86 millions USD en 2022, dont 24 millions USD des exportations du textile.

Les exportations des produits en cuir se sont élevées en 2022 à 7,79 millions USD contre 5,34 millions USD en 2021, soit une augmentation de 46%.

Les exportations de chaussures étaient en 2022 de 102.000 USD, d’autant que les produits
algériens ont été commercialisés dans cinq pays, à savoir le Nigeria (64,5% du total d’exportations), la Tunisie (20%), le Niger, la Mauritanie et le Sénégal.

Concernant le textile, les fibres synthétiques et les fils, ils figurent parmi les produits les
plus exportés en la matière, atteignant une valeur de 12,64 millions USD, soit 52,7%, en sus des tissus qui ont atteint une valeur de 6,74 millions USD, soit 28% des exportations totales de textiles.

4 contrats et mémorandums

d’entente avec Tayal En marge de l’ouverture du salon national des produits textiles,
de l’habillement et de la chaussure, le patron du complexe des industries textiles Tayal a signé, hier, 4 contrats et mémorandums d’entente avec des importateurs algériens de marques internationales de vêtements aux fins de les fabriquer pour la première fois en
Algérie.

La signature des accords s’est déroulée en présence du ministre du Commerce et de la Promotion des exportations, mais aussi des responsables de représentations patronales, dont le CREA.

Ces contrats et mémorandums d’entente ont été signés par le président-directeur général du complexe Tayal, Tarek Ekerbiçer, d’une part, et le DG de MDS Textile, Mustapha Laya, la représentante du DG de TexWord, Nesrine Amrane, le DG d’Investex Algérie, Mohamed
Réda Laya, et les représentants d’Azadea Algeria, Badreddine Ali et Mohamed Daoudi.

Il faut préciser que MDS Textile est le représentant de Mango et des marques Maison 123, Undiz et Etam, tandis que TexWorld représente Okaïdi, GiFi, Parfois et Devred 1902.

Investix Algeria détient, quant à elle, la franchise des marques Celio, Jennyfer et LC Waikiki.

A cette occasion, le ministre du Commerce et de la Promotion des exportations a affirmé que cette démarche « permettra d’améliorer la qualité des produits algériens de
textile et de promouvoir leur exportation, à travers le transfert de la connaissance et des technologies », sans manquer de signaler que ces sociétés permettront de créer des
postes d’emploi et de la valeur ajoutée. Le groupe Tayal est le fruit d’un partenariat lancé entre la société turque Intertay (filiale du groupe Tay) et les entreprises publiques
algériennes C&H Group, Texalg et Madar Holding SPA.

Ce partenariat a été couronné par la création d’un complexe industriel des produits textiles à Relizane, et Decathlon est l’une des premières entreprises étrangères à tisser un partenariat avec ce géant turc du textile qui produit en Algérie ses tissus et autres matières premières.

Isma Charef (Responsable décathlon Afrique du Nord et Moyen Orient) : 
«On ambitionne de produire localement 30% de nos ventes»

Présent au salon national des produits textiles, de l’habillement et de la chaussure, Decathlon affichait une gamme de produits vestimentaires avec des prix promotionnels pour l’occasion. Mme Asma Charef, responsable de la marque française pour l’Afrique
et le Moyen-Orient, nous avouera ses ambitions pour son pays d’origine, elle
qui a été derrière l’ouverture de représentation de Decathlon en Egypte, en Tunisie et dans d’autres pays d’Afrique.

« Je suis arrivée fin 2016 en Algérie pour prospecter le marché et réaliser des audits qualité, social, environnemental et audit process, et nous avons commencé à produire localement depuis un an à travers un partenaire installé en Algérie, Tayal, dont la réputation est établie à l’international », confiera-t-elle.

Et d’ajouter : « Aujourd’hui, nous proposons 28 produits de vêtements à travers nos 6 magasins implantés à travers le pays, et nous passerons à 60 d’ici la fin de l’année avec les serviettes de plage, les shorts, les sacs à dos pour la rentrée, etc. »

Outre les ventes en magasins, Decathlon El Djazair a aussi lancé le commerce digital ou e-commerce qui permet de servir les 58 wilayas.

« Mais l’année prochaine », indiquera-telle, « nous aborderons les sacs et les chaussures de sport, l’objectif étant d’arriver à produire localement 30% de nos ventes dans le pays ».

Mme Charef soulignera aussi que « nous sommes les premiers à proposer en Algérie les produits recyclés, nous avons commencé avec les vélos, pour aller graduellement vers d’autres produits ».

B. A.