Béjaïa secouée par un séisme : Une grosse frayeur et une trentaine de blessés

0
96
Un colloque international sur la réduction du risque sismique

/Béjaïa a été secouée par un séisme d’une magnitude de 5,5 sur l’échelle de Richter hier à 10h59 mn.

L’épicentre de ce tremblement de terre est situé à 28 km au nord-est de cap Carbon dans la wilaya de Béjaïa, selon le Centre algérien de recherche en astronomie astrophysique et géophysique (CRAAG).

Une délégation ministérielle au chevet des blessés

Un séisme puissant qui a fait une trentaine de blessés, selon le ministre de l’Intérieur et des collectivités locales, Kamel Beldjoud, qui s’est dépêché de s’enquérir de la situation sur place à côté d’autres membres du gouvernement notamment le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid, et la ministère de la Solidarité, Kaouther Krikou. Fort heureusement, aucune mort n’a été enregistrée. Cependant, de nombreux dégâts matériels ont été relevés dont la détérioration de certaines bâtisses, à savoir le siège de la maternité de Targa Ouzemour et la chute partielle d’une bâtisse en construction dans la région dite Chrea. Sur ce plan, le ministre a indiqué qu’une commission technique a été chargée d’inspecter et classer les bâtisses endommagées.  «Nous sommes venus aujourd’hui pour rassurer la population mais aussi pour constater les dégâts sur place. Heureusement, le séisme n’a causé que des blessures légères, une trentaine de blessés au total dont 27 ont déjà quitté l’hôpital. Les trois restants devront, pour leur part, subir de petites interventions chirurgicales suite à quelques fractures», a indiqué Kamel Beljoud. Le responsable a aussi salué le grand sens de solidarité de la société civile ainsi que la vigilance des éléments de la Protection civile et les autorités locales, notamment le wali de Béjaïa qui a mis en place une cellule de crise ainsi qu’un numéro vert à la disposition des citoyens.

Face à ce séisme qui intervient au lendemain d’un tremblement de terre de magnitude 4,3 degrés qui s’est produit le vendredi 18 mars à 6 km au Nord-Est d’El Omaria dans la wilaya de Médéa, le ministre de l’Intérieur a demandé à l’ensemble des responsables locaux de rester vigilants et de se préparer face à toutes les éventualités. «Nous vivons dans un pays à forte activité sismique, qui connaît toutes sortes de catastrophes naturelles, les citoyens n’ont nul autre choix que de s’adapter», déclare Beldjoud. Dans ce sens, il a appelé la Protection civile à former au plus vite des encadreurs civils au sein des citoyens  qui seront capables d’intervenir en cas d’urgence.

«Je n’ai jamais vu cela de ma vie…»

De son côté, le lieutenant Farouk Achour, directeur  de l’information et des statiques au niveau de la direction générale de la Protection civile, a indiqué que l’ensemble des unités des  wilayas de Sétif, Bordj Bou Arréridj, Boumerdès et Béjaïa ont reçu instruction de relever le niveau de l’état d’alerte ainsi que de rester à l’écoute des citoyens dont beaucoup sont restés en état de choc. En effet, ce puissant séisme a provoqué une grande panique au sein de la population, ils étaient nombreux à quitter leur domicile de peur de voir les murs céder. «Je n’ai jamais vu cela de ma vie, c’était vraiment impressionnant, j’ai cru que les vitres allaient éclater. Je n’ai même pas eu le temps de réfléchir à quoi faire que j’ai pris mes deux enfants et déballé les 5 étages à toute vitesse, cela fait 3 heures que nous sommes dehors et franchement, j’ai peur de retourner chez moi», nous confie Kahina, résidant à Béjaïa. Un cas semblable à des centaines d’autres qui ont vécu hier la frayeur de leur vie.

W. S.