Ils ont touché les douanes, la Protection Civile, Sonatrach, Algex, l’agriculture, … et hier le tourisme : Tebboune accélère les changements

0
80205
Tebboune émigration

PAR R. AKLI

Plusieurs changements de responsables et hauts dirigeants ont été opérés ces quelques derniers mois au sein des différentes administrations, entreprises étatiques et autres démembrements de l’État, dénotant ainsi de la volonté du président de la République d’instaurer de nouveaux modes de gouvernance, avec en toile de fond l’exigence de résultats et de rigueur dans la mise en œuvre des politiques publiques.

Hier encore, ce fut au tour du département du tourisme et de l’artisanat, un portefeuille-clé
dans la stratégie de diversification des ressources financières du pays, de connaître un vaste mouvement au niveau de son administration centrale et de 26 de ses directions de
wilaya, en vue d’en améliorer la performance, selon un communiqué officiel rendu public par ce ministère.

« Dans le cadre de ce mouvement, le ministre du tourisme Mokhtar Didouche a donné des directives claires en vue de prendre en charge les dossiers prioritaires, particulièrement l’accompagnement des investisseurs et la levée de tous les obstacles administratifs entravant leurs projets, tout en respectant les délais de réalisation et d’entrée en exploitation des projets », précise le même communiqué.

Des directives qui découlent, est-il souligné, des impératifs liés à « l’amélioration de la qualité de la performance de l’administration » et de « la consécration du principe d’alternance aux postes de responsabilité », tout en s’inscrivant en droite ligne avec la stratégie de « concrétisation des engagements du président de la République ». Ainsi motivés, les changements opérés au département du tourisme, comme ceux ayant touché récemment d’autres entités étatiques, semblent traduire en définitive une volonté de rompre avec les anciennes logiques de gouvernance, où les hauts fonctionnaires de l’Etat n’étaient pas toujours comptables quant à leurs états de gestion dans la conduite des affaires publiques.

Aussi, outre le secteur du tourisme, les hautes autorités du pays, sous l’égide de Abdelmadjid Tebboune, ont procédé ces derniers mois à de nombreux changements de responsables au sein de différents secteurs, dont notamment la nomination avant-hier d’un nouveau PDG à la tête de la première entreprise du pays, en l’occurrence le groupe Sonatrach.

Désormais dirigée par Rachid Hachichi, en remplacement de Toufik Hakkar, la compagnie nationale des hydrocarbures est tenue ainsi de déployer une nouvelle feuille de route afin d’améliorer ses performances dans la production pétrolière et gazière. Auparavant, d’autres changements avaient également concerné de nombreux départements économiques-clés, à
l’instar de celui du commerce avec la désignation d’une nouvelle responsable à la tête
d’Algex pour donner à cet organisme une nouvelle dynamique, tout comme ont été changés d’autres responsables du même secteur pour remettre surtout de l’ordre dans la régulation du segment sensible du commerce extérieur dans son ensemble.

De même, des mouvements similaires avaient été opérés dans le secteur agricole en vue de remédier à certaines défaillances dans l’approvisionnement du marché en produits de
base, ainsi qu’au sein du département de l’industrie où de hauts cadres ont également été
remplacés afin d’accélérer la mise en œuvre de certaines réformes stratégiques dont l’avancement restait en souffrance.

Outre ces secteurs économiques, M. Tebboune avait procédé tout récemment à un réaménagement profond des services de la présidence de la République, tout comme il avait opéré en septembre dernier un vaste mouvement dans le corps des walis, avec en point de mire d’assurer un meilleur suivi et une application plus rigoureuse des décisions de l’Etat au niveau des collectivités locales.

S’y ajoutent d’autres changements récents qui ont touché des institutions hautement sensibles, telles que la protection civile, les directions centrales des sûretés de wilaya, ainsi que le nomination le mois dernier de Abdelhafid Bakhouche comme nouveau directeur général des douanes, en remplacement de Noureddine Khaldi. Autant de changements
en somme qui tendent à mieux réguler le fonctionnement des institutions en veillant à
assurer un suivi continu de la concrétisation de leurs missions et à adapter leur fonctionnement aux objectifs et priorités des politiques publiques mises en place par le gouvernement.

R. A.