Le ministre espagnole des Affaires étrangères annonce sa visite en Algérie

0
396

Le ministre espagnole des Affaires étrangères, de l’Union européenne et de la Coopération, José Manuel Albares, se rendra, lundi prochain, en Algérie, a rapporté, ce jeudi, le journal espagnole « Europapress », en citant le ministère espagnole des affaires étrangères.

Selon le même média, la visite du chef de la diplomatie espagnole en Algérie vise à acter la  fin de la crise diplomatique provoquée, en mars 2022, par le Gouvernement Sanchez en apportant son soutien au plan marocain au Sahara occidental.

Une position qui a conduit l’Algérie à suspendre le Traité d’Amitié entre les deux pays, une décision qui a eu un impact économique considérable sur les entreprises espagnoles.

Pour le gouvernement espagnole, cette visite constitue, faut-il le noter, un pas de plus dans le réchauffement des relations  entre l’Algérie et l’Espagne.

Le rétablissement des relations entre les deux pays a été en réalité entamé mi-novembre dernier lorsque l’Algérie avait décidé du retour de son ambassadeur à Madrid. Un peu plus d’un mois plus tard, le ministre des affaires étrangères, Ahmed Attaf qui s’exprimait sur la chaîne qatarie, Al Jazeera, a affirmé que « les choses sont rentrées dans l’ordre avec le changement de la position de l’Espagne concernant la question du Sahara occidental ».

« Ce qui a donné le feu vert pour reprendre nos relations avec l’Espagne, c’est le discours prononcé par Pedro Sanchez devant l’assemblée générale de l’ONU. Là il a changé de position et c’est tout ce que nous avons demandé: que l’Espagne s’aligne sur la position de l’Europe », a déclaré Attaf sur Al Jazeera, assurant que « La position de l’Espagne a connu un revirement à 180° ».

Pour sa part, le Premier ministre espagnole, Pedro Sanchez, qui s’exprimait, le début janvier dernier, lors de la 8ème Conférence des Ambassadeurs à Madrid, a qualifié l’Algérie  de « pays ami » et de « partenaire stratégique ».

Le journal espagnol « El Periodico de Espana » qui avait fait écho de la déclaration de Sanchez, avait expliqué que le gouvernement espagnole met « la préservation des relations de l’Espagne avec l’Algérie parmi les défis de sa politique étrangère, après le rétablissement, en novembre dernier, des relations diplomatiques entre les deux pays ».

Entre temps, les deux pays ont déjà effectué plusieurs pas au plan des relations économiques, dont le dernier en date a été l’autorisation, par l’Algérie, de l’importation de la viande rouge fraîche depuis l’Espagne.