Le théâtre régional de Skikda renaît sous le nom de Sonia : Hommage à une comédienne d’exception

0
387

PAR DELLOULA MORSLI

Après des travaux de réhabilitation qui ont duré plusieurs années, c’est dans une ambiance empreinte d’émotion et de joie que s’est déroulée, jeudi, la cérémonie de réouverture du théâtre régional de Skikda. Il portera désormais le nom Sonia, en hommage à la regrettée comédienne qui a consacré sa vie au théâtre algérien. La comédienne Sonia, connue sous son nom de scène, s’est éteinte le 13 mai 2018 à Alger à l’âge de 65 ans, après une longue carrière durant laquelle elle a usé les planches des quatre coins du pays. Pourtant, rien ne prédestinait Sakina Mekkiou, née en 1953 à El-Milia, à une telle trajectoire. Un jour, alors qu’elle était lycéenne, elle assista à son premier spectacle théâtral et ce fut une révélation.

Malgré l’opposition de sa famille et les réticences liées au statut d’artiste à l’époque, Sonia était déterminée à suivre sa passion. Elle força le destin et s’en alla à Constantine, puis à Alger, où elle intégra l’institut national d’art dramatique et chorégraphique. Diplômée en 1973, elle était prête à conquérir le monde du théâtre.

Sa carrière s’est étalée sur plus de quatre décennies, durant lesquelles elle a marqué de son empreinte les théâtres régionaux de Annaba, Skikda, ainsi que le théâtre national algérien. Elle a joué dans plus de cinquante pièces de théâtre dont certaines restent des œuvres mémorables, à l’image de « Galou Lâareb Galou », « Babor Ghreq » et le monodrame « Fatma ». Sonia a collaboré avec les plus grands noms du théâtre algérien, tels que Azzedine Medjoubi, Abdelkader Alloula, Ziani Cherif Ayad, M’hamed Benguettaf et Tayeb Seddiki.

Femme de conviction, elle a été membre fondateur de Masrah El-Qalâa et a joué un rôle crucial dans le maintien d’un théâtre dynamique pendant les années de terreur, produisant des pièces comme « Hadhrya Wel Hawess » et « Sarkha ». Son engagement envers son pays l’a poussée à refuser de quitter l’Algérie malgré les assassinats qui visaient les artistes.

En 2011, elle a marqué sa dernière apparition sur les planches avec la pièce « Sans titre », qu’elle a également comise en scène avec Mustapha Ayad. Elle assure par la suite la direction de l’institut supérieur des métiers des arts du spectacle et de l’audiovisuel, ainsi que des théâtres régionaux de Annaba et Skikda. Après avoir pris sa retraite à la fin de l’année 2015, elle fut sollicitée pour des projets cinématographiques, faisant sa dernière apparition dans le film « En attendant les hirondelles » de Karim Moussaoui, en 2017. La réouverture du théâtre régional de Skikda sous le nom de Sonia est un hommage vibrant à cette artiste d’exception et à son immense contribution au théâtre algérien.

D. M.