Ligne maritime Alger-Nouakchott : IMC exporte une cargaison de consommables médicaux

0
38

/L’établissement pharmaceutique de production « Industries Médico-Chirurgicales » (IMC) envisage d’exporter une cargaison de consommables médicaux vers la Mauritanie, à la faveur de la première desserte prévue via la ligne maritime commerciale directe Alger-Noukchott, a indiqué le directeur export d’IMC, Salim Grine.

L’opération concerne l’exportation d’une cargaison de 5 conteneurs (40 pieds) chargés de sérums médicaux (sérum salé et sucré 500 ml) d’une valeur de 101.724 euros, a affirmé M. Grine. Il s’agit d’une opération qui s’inscrit dans le cadre de l’application d’un contrat annuel entre IMC et la centrale d’achat des médicaments, équipements et consommables médicaux (CAMEC) relevant du ministère mauritanien de la Santé pour une valeur globale de 1 million d’euros, selon le même responsable. M. Grine a salué le lancement de la ligne maritime commerciale directe entre l’Algérie et la Mauritanie, prévu jeudi prochain à raison d’une desserte tous les 20 jours, précisant que cette ligne créée sur instruction du président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune « constitue une occasion pour IMC d’exporter ses produits vers la Mauritanie dans un délai maximum de six jours et à moindre frais ». Il a proposé, en outre, l’extension de cette ligne pour englober d’autres ports en Afrique de l’ouest comme Dakar et Abidjan, ce qui facilitera l’intégration de marchés plus importants, vu que ces ports constituent un passage pour les pays enclavés comme le Mali et le Burkina Faso.

Objectif 10 M€

L’extension de cette ligne commerciale à des ports plus importants se veut une occasion pour augmenter les gains des ferries qui reviennent chargés de produits d’Afrique de l’ouest, actuellement importés d’Europe et d’Amérique Latine au prix double (banane et Ananas).  A ce propos, M. Grine a appelé à la création en Afrique de filiales relevant des banques algériennes tout en élargissant, le réseau des lignes aériennes dans les pays du continent en vue d’un meilleur accompagnement des exportateurs algériens. A ce propos, il a indiqué que sa société spécialisée dans la fabrication des produits pharmaceutiques comme les seringues, les appareils de perfusion, les sérums et consommables de dialyse, tendait, si les conditions le permettent, à atteindre un chiffre d’exportations de 10 millions d’euros durant les cinq prochaines années, rappelant le marché remporté dernièrement par IMC d’une valeur de 800.000 euros avec le ministère sénégalais de la santé. La première cargaison dans le cadre de ce contrat est prévue pour la mi mars prochain.