Pedro Sanchez: « L’Algérie est un pays ami » et « un partenaire stratégique »

0
2577
Perdo Sanchez: L'Algérie ets un pays ami

S’exprimant lors de la 8ème Conférence des Ambassadeurs qui a réuni le corps diplomatique, durant deux jours, à Madrid, le Premier ministre espagnol, Pedro Sanchez a qualifié l’Algérie  de « pays ami » et de « partenaire stratégique ».

Selon le journal espagnol « El Periodico de Espana », Sanchez, qui abordait les priorités de la politique étrangères espagnole devant les 130 ambassadeurs de son pays, n’a pas manqué d’aborder les relation entre son pays et l’Algérie déclarant, ainsi, que « L’Algérie est un pays ami et nous continuerons à œuvrer pour maintenir les relations avec ce partenaire stratégique ».

Selon le même média, la préservation des relations de l’Espagne avec l’Algérie est parmi les défis de la politique étrangère espagnole, après le rétablissement, en novembre dernier, des relations diplomatiques entre les deux pays.

Cette déclaration de Sanchez intervient, en effet, moins de trois mois après le retour, en novembre dernier, de l’ambassadeur de l’Algérie à Madrid, un retour qui a marqué le début du réchauffement des relations entre l’Algérie et l’Espagne. Des relation qui, faut-il le rappeler, ont traversé une période de tensions qui aura duré près de deux ans, et ce, suite au revirement de la position de Sanchez concernant le Sahara occidental.

A rappeler que le ministre des affaires étrangères, Agmed Attaf qui s’exprimait, fin décembre dernier, sur la chaîne qatarie, Al Jazeera, a affirmé que « les choses sont rentrées dans l’ordre avec le changement de la position de l’Espagne ».

« Ce qui a donné le feu vert pour reprendre nos relations avec l’Espagne, c’est le discours prononcé par Pedro Sanchez devant l’assemblée générale de l’ONU. Là il a changé de position et c’est tout ce que nous avons demandé: que l’Espagne s’aligne sur la position de l’Europe », a affirmé Attaf sur Al Jazeera, assurant que « La position de l’Espagne a connu un revirement à 180° ».

A rappeler que la crise entre l’Algérie et l’Espagne durant deux ans n’a pas manqué d’affecter l’économie espagnole, comme l’ont affirmé à maintes reprises les opérateurs du pays.

                                                                                                S. LESLOUS