Vote massif en faveur de l’adhésion de la Palestine : L’AG de l’ONU accule le conseil de sécurité

0
102

Par Amar R.

L’assemblée générale des nations unies a soutenu hier, lors d’un vote massif, la demande de la Palestine à un statut de membre à part entière de l’organisation (ONU), et recommandé au conseil de sécurité de réexaminer cette question positivement.

Dans une résolution adoptée par 143 voix pour, 9 pays contre et 25 abstentions, l’AG de l’ONU soutient que « l’Etat de Palestine remplit les conditions requises pour devenir membre » de l’ONU, conformément à l’article 4 de la charte des nations unies et « devrait donc être admis à l’organisation».

Par conséquent, l’AG de l’ONU a renvoyé la demande, présentée au nom du groupe arabe, au conseil de sécurité de l’ONU, pour qu’il « réexamine la question favorablement » à la lumière de cette résolution et à la lumière de l’avis consultatif de la déclaration internationale de la cour de justice du 28 mai 1948.

 

Une résolution et des implications

Le texte adopté recommande d’octroyer à la Palestine une série de « droits et privilèges supplémentaires » à partir de la 79e session de l’assemblée en septembre prochain. En effet, si l’AG ne peut, à elle seule, accorder le statut de membre à part entière de l’ONU, le projet de résolution voté hier accordera aux Palestiniens certains « droits et privilèges supplémentaires » à partir de septembre 2024, tel qu’un siège parmi les membres de l’ONU dans la salle de l’assemblée, sans lui accorder le droit de vote. Le texte permet également aux Palestiniens de soumettre directement des propositions et des amendements, sans passer par un pays tiers, ou encore de siéger parmi les Etats membres par ordre alphabétique.

Ce vote massif par 143 pays de l’ONU en faveur de l’adhésion de l’Etat de Palestine comme membre à part entière, face à 9 pays seulement, pose avec acuité la question de la refondation des statuts de l’ONU, notamment du conseil de sécurité, deux instances qui sont paralysées, car prises en otages par une poignée de pays, notamment les Etats-Unis, qui usent de leur veto pour servir leurs propres intérêts et ceux de l’entité d’occupation. Ainsi, les Etats-Unis ont mis en échec des résolutions mettant en cause la politique sioniste en utilisant leur veto à 46 reprises, sur un total de 86 vetos américains émis au conseil de sécurité.

L’Algérie avait promis de revenir

Cela étant, le projet de résolution adopté hier intervient après que les Etats-Unis ont utilisé, le 18 avril dernier, leur veto contre le projet présenté par l’Algérie au conseil de sécurité, empêchant la Palestine d’obtenir une adhésion à part entière.

La résolution présentée par l’Algérie, qui recommandait à l’assemblée générale d’accepter l’Etat de Palestine comme membre des nations unies, avait été soutenue par 12 des 15 membres du conseil de sécurité, les États-Unis s’y étant opposés et la Grande-Bretagne et la Suisse s’y étaient abstenues.

Cependant, l’Algérie avait soutenu qu’elle reviendra devant l’assemblée générale de l’ONU. « Nous reviendrons plus forts avec le soutien de l’assemblée générale en faveur de l’adhésion à part entière de l’Etat palestinien à l’ONU », avait promis le représentant permanent de l’Algérie auprès des nations unies, Amar Bendjama, appelant « ceux qui n’ont pas pu soutenir l’admission de l’Etat de Palestine aujourd’hui à le faire la prochaine fois », car, a-t-il dit, « ce n’était aujourd’hui qu’une autre étape dans le cheminement vers l’adhésion à part entière de la Palestine ».

Les regards tournés vers Rafah

Aussi symbolique qu’il puisse être, le vote de la résolution portant adhésion de la Palestine à l’ONU accroît l’isolement de l’entité sioniste dans le concert des nations et disqualifie son gouvernement fasciste d’extrême droite sur le plan interne.

Dans ce contexte, tous les regards sont tournés vers Rafah ces dernières semaines, où l’armée d’occupation mène une offensive par air et par terre, mettant en péril la vie de 1,5 million de Palestiniens, dont plus de 100.000 ont été contraints de fuir l’attaque sioniste dans d’autres zones de Ghaza.

Le chef du bureau adjoint d’Ocha à Ghaza a déclaré que la situation dans le territoire palestinien assiégé avait atteint «des niveaux d’urgence sans précédent».

Hier était une journée très difficile pour l’armée sioniste qui a annoncé la mort de 4 soldats, lors des violents combats au nord du secteur Ghaza.

A.R.