Yasmine Bouchène, fondatrice de Vinyculture : «Vive(z) la culture !»

0
112

Fondatrice de Vinyculture et directrice associée de l’agence Viny, Yasmine Bouchène baigne dans le digital depuis plus de 15 ans et travaille à vulgariser l’économie numérique en Algérie.

Vous êtes l’initiatrice de Vinyculture, un média culturel de référence pour les Algériens quand il s’agit d’aller voir un film, assister à un concert… Comment vous est venue l’idée de le créer ?

Je travaillais pour un quotidien national à l’époque, en particulier pour son supplément hebdomadaire, et je voyais énormément d’informations partir à la poubelle car leurs dates dépassaient la date de parution de l’hebdo. J’ai donc commencé à mettre tout ça en ligne, pour mes amis qui ne me croyaient pas (rires), et ces derniers ont partagé à leurs amis, qui ont partagé à leurs amis, etc.

Cette année Vinyculture fêtera ses 13 ans d’existence. Quel bilan en faites-vous ?

Que ce fut long ! Mais c’est très enrichissant. L’entrepreneuriat en Algérie n’est pas conseillé pour les gens au mental fragile. L’entrepreneuriat en Algérie et dans la culture, ce n’est pas mieux ! Heureusement, depuis deux ans, nous avons trouvé une stabilité. Vinyculture est désormais une entité, avec un label startup. Des grandes marques et le grand public nous suivent dans nos initiatives, dont celle de la billetterie en ligne.

Vous êtes le partenaire média et vous vous occupez de la billetterie de l’événement « Thé Show » pour la deuxième année consécutive. Pouvez-vous nous parler de la programmation de cette année ?

Excellente ! Broshing Events se démène chaque année pour proposer une programmation à la hauteur. Que ce soit pour « Thé Show » ou « Algé’Rire » (qui connaîtra également une nouvelle édition cette année). Je souhaite à l’Algérie beaucoup de boîtes d’événementiel du genre.

Par ailleurs, pouvons-nous avoir les chiffres de la première édition en termes d’affluence ?

Les dates ont quasiment toutes affiché sold out, et le public était conquis par l’organisation. C’était un nouveau lieu (Dar Erraïs à Sidi Fredj) mais les gens ont joué le jeu. Preuve de leur besoin en sorties et évasions.

Nous avons l’impression que ces manifestations se cantonnent au mois de ramadan et ne sont pas proposées tout au long de l’année. Qu’en pensez-vous ?

J’adore toujours entendre et lire ce genre de propos. Je réponds toujours la même chose : « Si les événements culturels ne se tenaient que durant ramadan, Vinyculture ne bosserait pas à l’année. » Mais c’est le cas. Il y a plus d’une trentaine d’événements chaque mois, et le site en est rempli à l’année. Les événements ont peut-être davantage de visibilité durant ramadan mais ça ne veut pas dire qu’ils n’existent pas le reste de l’année.

Un dernier mot ?

Notre slogan, ma foi : « Vive(z) la culture ! »

D. M