68,7% des plus de 13 ans l’utilisent : Les Algériens accrocs à Facebook

0
129
Facebook

/Périodiquement, le site DataReportal publie des rapports sur l’utilisation d’internet et des réseaux sociaux dans plusieurs pays du monde. Pour cette nouvelle année civile, les premiers chiffres sont tombés. Des chiffres qui nous permettent de voir plus clair à la façon dont les Algériens utilisent ces plateformes.

La moitié des Algériens utilisent Facebook

Les données publiées dans les ressources publicitaires de Meta indiquent que Facebook comptait 22,45 millions d’utilisateurs en Algérie au début de 2022. Cependant, Meta a apporté des changements importants à la façon dont ses ressources publicitaires rapportent les données d’audience à la fin de 2021 – y compris en apportant des révisions importantes à ses données d’audience de base pour Facebook – de sorte que les chiffres présentés ici ne sont pas directement comparables aux chiffres publiés dans les rapports précédents sur ledit site. Les chiffres d’audience révisés de l’entreprise signifient que la portée publicitaire de Facebook en Algérie équivalait à 49,9% de la population totale au début de 2022.

Il faut souligner que Facebook limite l’utilisation de sa plateforme aux personnes âgées de 13 ans et plus, il convient donc également de souligner que 68,7% de l’audience « éligible » en Algérie utilise Facebook en 2022. Pour plus de contexte, la portée publicitaire de Facebook en Algérie équivalait à 82,3% de la base d’internautes locaux (quel que soit leur âge) en janvier 2022. Début 2022, 39,6% de l’audience publicitaire de Facebook en Algérie étaient des femmes, tandis que 60,4% étaient des hommes.

Messenger arrive en seconde position

Les données publiées dans les ressources publicitaires de Meta assurent que les publicités sur Facebook Messenger ont atteint 14,25 millions d’utilisateurs au début de 2022. Les chiffres d’audience de la société suggèrent que la portée publicitaire de Facebook Messenger équivalait à 31,7% de la population totale au début de l’année.

Facebook Messenger limite cependant l’utilisation de sa plateforme aux personnes âgées de 13 ans ou plus, il convient donc également de souligner que les publicités atteignent 43,6% de l’audience « éligible » de Facebook Messenger en Algérie en 2022. 38,1% de l’audience publicitaire de Facebook Messenger sont des femmes, tandis que 61,9% sont des hommes.

Snapchat complète le podium

Snapchat, quant à lui, comptait 6,25 millions d’utilisateurs en Algérie début 2022. Ce chiffre signifie que la portée publicitaire de Snapchat en Algérie équivalait à 13,9% de la population totale au début de l’année. Snapchat interdit l’utilisation de sa plateforme aux personnes âgées de moins de 13 ans, il convient donc également de noter que 19,1% de l’audience « éligible » en Algérie utilise Snapchat. Pour plus de contexte, la portée publicitaire de Snapchat en Algérie équivalait à 22,9% de la base d’internautes locaux (quel que soit leur âge) au début de l’année.

Début 2022, 57,6% de l’audience publicitaire de Snapchat en Algérie étaient des femmes, tandis que 41,0 % étaient des hommes.

Instagram n’occupe que la 4e place

Les chiffres publiés dans les outils publicitaires de Meta indiquent qu’Instagram comptait 8,6 millions d’utilisateurs en Algérie au début de 2022. Ce chiffre suggère que la portée publicitaire d’Instagram en Algérie équivalait à 19,1% de la population totale au début de l’année. Comme Facebook, Instagram limite l’utilisation de sa plateforme aux enfants de 13 ans et plus, il est donc utile de savoir que 26,3% de l’audience « éligible » en Algérie utilise Instagram. 44,4 % des utilisateurs sont des femmes, tandis que 55,6 % sont des hommes.

LinkedIn compte 2,8 millions de membres

Le rapport publié avance que LinkedIn compte 2,8 millions de « membres ». Il est nécessaire de noter que les outils publicitaires de LinkedIn publient des données d’audience basées sur le nombre total de membres inscrits, plutôt que sur les utilisateurs actifs mensuels qui constituent la base des chiffres d’audience publiés par la plupart des autres plateformes de médias sociaux. Les chiffres de portée publicitaire de l’entreprise suggèrent que l’audience de LinkedIn en Algérie équivalait à 6,2% de la population totale en début de cette année 2022. LinkedIn accorde cependant l’utilisation de sa plateforme qu’aux personnes ayant dépassé l’âge de 18 ans, il est donc également utile de savoir que 9,6% de l’audience « éligible » en Algérie utilise cette plateforme. Pour plus de contexte, la portée publicitaire de LinkedIn en Algérie équivalait à 10,3% de la base d’internautes locaux (quel que soit leur âge) au début de l’année. Début 2022, 31% de l’audience publicitaire de LinkedIn en Algérie étaient des femmes, tandis que 69% étaient des hommes.

2% des Algériens seulement ont un compte Twitter

Les chiffres publiés dans les ressources publicitaires de Twitter indiquent que Twitter comptait 891.5000 utilisateurs en Algérie en début de l’an 2022. Ce chiffre signifie que la portée publicitaire de Twitter en Algérie équivalait à 2,0% de la population totale à l’époque. Twitter refuse l’accès à sa plateforme aux personnes âgées moins de 13 ans, il peut donc être utile de savoir que 2,7% de l’audience «éligible» en Algérie utilise Twitter en 2022.

TikTok monte en puissance

Même si aucun chiffre n’a été donné concernant l’utilisation de TikTok, il faut savoir que cette application fait fureur en Algérie mais également un peu partout dans le monde. Made in China, elle ne cesse de gravir les échelons et pourrait bientôt devenir l’une des plus utilisées par les internautes grâce à son concept simple et facile. Ceux qui l’ont lancé ont réussi à conquérir des millions de personnes, nombreux sont donc ceux qui l’installent sur leurs smartphones et  font d’elle une de leurs applications préférées. 

Fodil C.

…………………………………

Introduction du poste d’adjoint d’éducation dans le cycle primaire

Les enseignants libérés des tâches non pédagogiques

Par Wafia Sifouane

Actuellement en chantier, la réforme du statut particulier des travailleurs de l’éducation promet une véritable révolution dans le secteur et pour cause, la grande attention accordée aux revendications des travailleurs auxquelles Belabed tentera de répondre. Suite aux réunions tenues ces derniers jours entre le ministre et les partenaires sociaux, une information concernant l’introduction du poste de superviseur d’éducation dans le cycle primaire a fuité. Une nouveauté qui a pour objectif de soulager l’enseignant du cycle primaire des responsabilités non pédagogiques lui permettant ainsi de se consacrer pleinement à sa mission principale qui est l’enseignement.  

«Le poste d’adjoint à l’éducation ou superviseur de l’éducation n’existe que dans les cycles moyen et secondaire. Dans les établissements à système externe, il faut compter un superviseur d’éducation pour 150 élèves tandis que dans les établissements disposant de cantines donc proposant la demi- pension, c’est un superviseur pour 100 élèves. Son rôle est d’accompagner les élèves et de soutenir l’enseignant dans sa mission», explique Nabil Ferguenis, syndicaliste indépendant. 

«Une ancienne revendication»

Dans ce sens, il estime que l’introduction de ce nouveau poste dans le cycle primaire ne peut être que bénéfique. «Il s’agit d’une ancienne revendication des enseignants du primaire. Il ne faut pas oublier que dans l’école primaire, il n’y a ni surveillant, ni surveillant général, donc l’ensemble des tâches non pédagogiques sont affectées à l’enseignant», précise-t-il. «En plus d’enseigner en classe, l’enseignant effectue de nombreuses tâches au quotidien comme par exemple accompagner et surveiller les élèves pendant la récréation, un moment durant lequel il est censé se reposer un peu ; dans certaines écoles avec cantine, c’est l’enseignant qui va aussi superviser le déjeuner des enfants. Sans oublier la séance d’éducation physique dispensée par le même enseignant», dit-il.

De son côté, Messaoud Boudiba, porte-parole du Cnapeste, a salué cette décision si elle vient à être appliquée en indiquant que cela améliorera sans doute la qualité de l’enseignement.

«Bien définir les différentes missions»

«L’enseignant du cycle primaire comme celui des autres cycles est dépassé et épuisé par l’actuel programme. S’ajoutent à cela les autres missions qu’il est contraint d’effectuer. Débarrasser l’enseignant du cycle primaire de ces tâches additionnelles, c’est lui permettre de se consacrer pleinement à son travail», affirme-t-il. Toutefois, le syndicaliste a insisté sur la nécessité d’une définition simple et claire du statut de l’adjoint d’éducation ou superviseur d’éducation. «Il faudra que tout soit bien défini au préalable et que les missions de chaque catégorie soient tracées pour éviter les conflits plus tard», indique-t-il.

w. s.