Après le drame de Bologhine, les habitants d’autres vieilles bâtisses lancent un SOS : «Ne nous laissez pas vivre avec cette peur permanente»

0
20

/Encore un drame causé par les fortes pluies qui se sont abattues sur la capitale ces derniers jours. Cette fois-ci, ce n’est pas les inondations qui ont fait des dégâts, mais plutôt l’effondrement d’un immeuble provoqué par un glissement de terrain. Bilan, trois personnes décédées et deux enfants âgés de 10 ans et 12 ans, blessés.

Ce triste incident a eu lieu à la commune de Bologhine, plus exactement à la rue Abdelkader Ziar. Ce qu’il faut savoir, c’est que d’autres vieilles bâtisses risquent de connaitre le même sort, un risque qui hante les esprits de leurs occupants. Ces derniers n’ont pas cessé d’ailleurs de multiplier les SOS en espérant qu’ils soient pris en considération pour que des vies soient sauvées avant que ce ne soit trop tard. Le fait que l’Office national de météorologie a annoncé dans un bulletin météorologique spécial de fortes pluies parfois sous forme d’averses orageuses depuis la nuit du lundi, précisant que les quantités de pluie prévues peuvent dépasser les 80 mm sur les wilayas côtières, n’a fait qu’augmenter un peu plus leur crainte de vivre des moments tragiques d’où leur réaction de demander de l’aide avant qu’il ne soit trop tard.

«Si une maison s’est effondrée, c’est sûr que d’autres suivront»

Pas trop loin de Bologhine, plus précisément à Hammamet, des habitants du quartier Ali Betrouni ont signalé un grand risque de glissement de terrain qui peut survenir à tout moment. Ainsi, une dame habitant cette localité tire la sonnette d’alarme : «Si une maison s’est effondrée, c’est certain que d’autres suivront. Aidez-nous, ne nous laissez pas vivre avec cette peur au ventre permanente.» Il est nécessaire de souligner que toutes ces maisons se situent près de la mer et leurs propriétaires y vivent depuis l’indépendance, des maisons qui ont besoin d’être rénovées ou tout simplement démolies.

Après Bologhine, Belouizdad

De l’autre côté de la capitale, à Belouizdad, un incident presque similaire à celui vécu dans la nuit du mardi au mercredi à Bologhine a été enregistré hier matin. En effet, une partie d’un immeuble de quatre étages s’est effondrée causant une panique générale. Selon des personnes qui y vivent, une partie de l’immeuble est déjà tombée lors du mois de juin. Dans une situation délicate, les habitants demandent à présent qu’on étudie leur situation dans les brefs délais pour que le pire soit évité. 

Même à Tizi Ouzou, il y a eu des dégâts

Alger n’est pas la seule wilaya touchée par les effondrements puisque à Tizi Ouzou deux cas ont été signalés. Le premier, un glissement de terrain à Mouldiouane, commune de Draâ Ben Khedda, a fait beaucoup de dégâts et les responsables locaux ont dû déployer les moyens nécessaires pour faire éviter d’autres pertes. Le second a été enregistré à Makouda. Encore une fois, les fortes pluies ont failli causer la perte de plusieurs personnes mais en fin de compte il n’y a eu aucune perte humaine au grand soulagement de ceux qui ont frôlé le pire.

F. C.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici