Automobile : les prix de l’occase à la baisse

0
273

Désormais autorisée par le gouvernement, l’annonce du retour de l’importation des véhicules de moins de trois ans a provoqué une véritable onde de choc dans le marché de l’automobile qui appréhende d’ores et déjà un effondrement spectaculaire des prix des véhicules d’occasion.

Après avoir connu une hausse vertigineuse à cause de nombreux facteurs dont la fermeture des usines d’assemblage implantées sur le territoire national et le blocage de l’importation des véhicules neufs, les prix des véhicules d’occasion s’apprêtent à connaître une chute libre pour le plus grand malheur des revendeurs. En effet, au lendemain de l’annonce inattendue de Tebboune, les premières répercussions de cette décision se sont fait sentir notamment au souk de Bouira où les prix des véhicules ont considérablement baissé.

A moitié prix

Un citoyen proposant sa voiture de type Logan à la vente a d’ailleurs créé le buzz sur les réseaux en faisant part de sa détresse et de son désarroi. Alors qu’il affirme s’être procuré le véhicule à 150 millions de centimes, le citoyen s’est vu offrir un peu plus que la moitié du prix, à savoir 80 millions de centimes. Un autre citoyen proposant une voiture de type Kia Picanto a affirmé qu’il a reçu des propositions de la moitié du prix du véhicule. Pris de panique, de nombreux détenteurs de véhicules neufs ont pour leur part inondé les plateformes de vente en prévision de la chute des prix. Les revendeurs de véhicules d’occasion, en véritables caméléons, ont vite su s’adapter aux nouvelles données en cassant les prix des véhicules d’occasion, comme cela a été le cas pour le propriétaire de la Logan cité plus haut. En effet, avant de subir de plein fouet le retournement de situation, ces derniers ont préféré anticiper en tentant l’achat de véhicules à prix cassés.

Une situation inédite qui intervient après une longue période d’austérité sur le marché de l’automobile. Rappelons qu’avec le blocage des importations, certains concessionnaires n’ont pas hésité à afficher des prix exorbitants, c’est le cas de la Swift qui s’est vendue à 330 millions de centimes ou encore la Renault Symbol dont le prix a dépassé les 300 millions de centimes !

La diaspora pas du tout désintéressée

Cependant, cette décision d’autoriser l’importation des véhicules moins de 3 ans a fait beaucoup d’heureux, y compris de l’autre rive où plusieurs ressortissants algériens ont commencé à tâter le marché pour entamer un business qui s’annonce juteux. Nombreux ceux qui se sont jetés sur les réseaux sociaux pour tenter de récolter un maximum d’informations mais aussi pour connaître les préférences des citoyens algériens. En attendant que le gouvernement dévoile plus de détails sur la procédure, les éventuels acheteurs se sont scindés en deux catégories : ceux qui se frottent les mains en pensant faire une bonne affaire avec l’achat d’une voiture de moins de trois ans et d’autres beaucoup plus sceptiques qui préfèrent temporiser et attendre le retour des maisons automobiles.

Plusieurs simulations faites 

Sur internet, plusieurs personnes ont choisi de se rendre sur des sites français consacrés à la vente de voitures pour une raison bien précise : avoir une idée des prix et de ce qu’une opération d’importation pourrait leur coûter, puisqu’en plus du coût du véhicule il faut prévoir un budget pour les frais du déplacement ainsi que pour la taxe imposée par la douane algérienne. Plusieurs simulations ont été faites et commentées par les internautes. Jusqu’au moment où nous mettons sous presse, les parties concernées par ce dossier n’ont pas d’autres détails. Ce n’est qu’une fois que ce sera fait que ceux qui comptent s’offrir une nouvelle voiture pourront entamer la procédure.

W. S.