L'Algérie Aujourd'hui
A la Une Dernières infos

Boulanouar prévoit un ramadan sans couacs

/Le marché national sera approvisionné en quantités suffisantes en fruits et légumes, en  viandes rouge et blanche et en huile et sucre durant le mois sacré de ramadan, afin de satisfaire la demande des citoyens et soutenir les prix.

Ce sont autant de mesures particulières prises dans le cadre des préparatifs du ramadan, annoncées par M. Abdelmadjid Tebboune, que le président de l’Association nationale des commerçants, investisseurs et artisans (ANCA), M. Hadj Tahar Boulanouar, a souligné hier lors d’une conférence de presse. M. Boulanouar a fait état de plusieurs mesures prises par plusieurs directions des départements ministériels du Commerce et de l’Agriculture en révélant que plus d’un million de quintaux de fruits et légumes, 120.000 tonnes de viandes rouges et blanches en sus d’un million de tonnes de céréales seront mises sur le marché durant le mois de ramadan.  Ces quantités seront à même de satisfaire la forte demande exprimée en pareille période. Boulanouar  révélera que les quantités de céréales de toutes sortes consommées par les Algériens s’élevaient à environ 2 millions de tonnes de production locale et 9 millions de tonnes qui sont importées de l’étranger. Il a, en revanche, considéré que  la quantité des produits céréaliers consommés était énorme par rapport à d’autres pays plus densément peuplés que l’Algérie. Idem, pour le chiffre ahurissant de 40 millions de baguettes de pain consommées chaque jour en Algérie. Le président de l’ANCA a, en outre, souligné l’interdiction d’exporter des produits importés et la révision de la politique actuelle de subventions, et mis l’accent sur la décision de mise en place des marchés de proximité à travers différentes wilayas, dont 10 dans la capitale. Selon lui, ces mesures sont à même d’assurer l’approvisionnement et la stabilité des prix durant cette période forte demande.

Approvisionnement en quantités importantes de sucre et d’huile

D’importantes quantités de sucre et d’huile seront mises sur le marché durant le mois de ramadan, a aussi révélé Hadj-Tahar Boulanouar, en faisant état, dans ce sens, de 25.000 tonnes de sucre et autant d’huile, rappelant aussi à titre d’exemple, que la consommation annuelle du citoyen algérien en sucre est de l’ordre de 42 kg. En revanche, le responsable de l’association a imputé la cherté des produits de consommation à la hausse qu’ils connaissent sur le marché mondial, en raison de l’augmentation des frais de transport, en plus du facteur sécheresse dans un certain nombre de régions du monde. Il a aussi estimé que la rumeur a contribué à la tension exercée sur certains produits comme la semoule.

150 points de vente de viande rouge

Pour sa part, Ali Ziani, directeur des études et du développement à la Société algérienne de la viande rouge, a annoncé l’ouverture de près de 150 points de vente de viande rouge à l’occasion du mois sacré du ramadan. L’invité de la radio nationale a indiqué que l’Algérie compte 25 millions de têtes d’ovins et de bétail, expliquant que des points de vente pour le mois de ramadan seront ouverts dans plusieurs wilayas. Et ce, avant d’évoquer le processus de réorganisation de la filière de la viande rouge en Algérie, et saluer par la même occasion les récentes décisions du président de la République d’interdire l’importation de viande congelée et la considérer comme un catalyseur pour augmenter la production de viande localement. Aussi, explique-t-il, la réorganisation de la filière des viandes rouges visait à adopter une stratégie nationale à long terme pour assurer une abondance permanente.

Le poisson hors de portée

Seule fausse note : le poisson reste hors de portée des bourses modestes. Le directeur chargé des études et de la synthèse au ministère de la Pêche et de l’Aquaculture, Majdoub Benali, a admis que les prix du poisson sont élevés et ne sont pas à la portée du citoyen moyen, surtout en période hivernale. Dans ce contexte, Majdoub Benali a révélé à la Radio nationale qu’il a été décidé d’augmenter la production, de développer les performances et la formation pour maintenir la production qui a été estimée ces dernières années à environ 100.000 tonnes. Il sera relevé par la promotion de l’aquaculture marine et continentale. Il a souligné qu’à l’horizon 2024, l’objectif de 166.000 tonnes de produits de la mer fixé par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, sera atteint, en expliquant que les mesures prises par le gouvernement donneraient une forte relance à l’aquaculture, surtout après la récente décision du Conseil des ministres d’encourager la constitution de coopératives professionnelles pour les acteurs du domaine de la pêche maritime.

  1. R.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez refuser si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus