Ce que l’Algérie attend des Américains

0
1024
Aoun à l'écoute des investisseurs américains

Le ministre de l’industrie et de la production pharmaceutique Ali Aoun a reçu hier une forte délégation d’hommes d’affaires américains pour discuter des opportunités d’investissement US en Algérie.

PAR NABIL M.

Le ministre de l’industrie a tenu à saluer, lors de cette rencontre avec les 26 hommes d’affaires américains, conduits par le président du conseil d’administration du conseil d’affaires algéro-américain US-Algeria Business Council (USABC), David Wilhelm, et le président de l’USABC, Ismail Chikhoune, « la forte volonté des hommes d’affaires américains pour lancer des partenariats et signer des accords gagnant-gagnant avec des entreprises algériennes, conformément aux instructions du président de la République, visant à accélérer la concrétisation de ces partenariats de manière efficace », a indiqué un communiqué du ministère.

Face au ministre de l’industrie, les hommes d’affaires américains ont exprimé leur pleine
disponibilité à investir dans le secteur de l’industrie, notamment au vu de l’amélioration du
climat des affaires en Algérie dans le cadre de la nouvelle loi sur l’investissement qui a grandement rassuré les investisseurs. Pour sa part, Aoun a tenu à rassurer les opérateurs économiques en ce qui concerne l’investissement dans le secteur de l’industrie, affirmant que la nouvelle loi sur l’investissement protège les opérateurs étrangers, soulignant que la stratégie du secteur de l’industrie et de la production pharmaceutique ouvre grande la voie aux projets générateurs de richesse et d’emplois à même d’apporter une plus-value à l’économie nationale. Il a ajouté que pour ce faire « il est impératif de disposer d’une véritable industrie qui couvre différents domaines ».

Priorité à la sidérurgie, le rail, l’automobile et le pharmaceutique

A l’issue de la présentation des projets proposés par les hommes d’affaires américains, le
ministre a appelé ces derniers à orienter leurs investissements dans des secteurs stratégiques et de diversifier les domaines, en accordant la priorité à l’industrie
sidérurgique, les pièces de rechange, le rail et les industries pharmaceutiques, mettant en
exergue les garanties offertes aux investisseurs étrangers par la loi sur l’investissement.

Aoun a également exhorté les membres de la délégation américaine à investir dans les
domaines liés à la valorisation des matières premières, « qui font partie des secteurs auxquels les autorités publiques accordent une importance accrue, étant des secteurs vitaux dans le domaine industriel », a-t-il insisté. Les deux parties ont ainsi exprimé leur disponibilité à se lancer dans la concrétisation des projets après une rencontre avec
l’agence algérienne de promotion de l’investissement (Aapi) et les différents secteurs.

Au terme de la rencontre, le premier responsable du secteur a appelé les opérateurs économiques à tenir des réunions et des rencontres bilatérales avec les entreprises souhaitant se lancer dans l’investissement, sous la supervision des cadres du ministère, en vue de répondre à toutes les préoccupations et de commencer à travailler dans les plus brefs délais. Durant les trois jours de séjour des hommes d’affaires américains en Algérie, un programme riche en rencontres et discussions est prévu avec plusieurs cadres et acteurs économiques algériens.

Après leur rencontre avec le ministère de l’industrie, les membres de la délégation américaine ont discuté avec des responsables de l’agence algérienne pour la promotion de l’investissement (Aapi) pour aller par la suite rencontrer le conseil du renouveau économique algérien (Crea), les cadres dirigeants des entreprises énergétiques publiques, Sonatrach, Sonelgaz et Alnaft, selon ce qu’a annoncé dernièrement M. Chikhoune, président du conseil d’affaires algéro-américain. Rappelons que l’ambassadrice des Etats-Unis d’Amérique à Alger, Mme Elizabeth Moore Aubin, avait déclaré en février 2023, une
année après sa nomination, que de grandes avancées ont été réalisées, à la fois dans le domaine de l’énergie, secteur de coopération traditionnelle entre les deux pays, mais aussi dans l’ensemble des questions économiques.

A ce titre, Mme Moore Aubin avait souligné que la nouvelle loi sur l’investissement, promulguée en juillet 2022, constitue un « très bon pas en avant », assurant que ce nouveau code « répond aux attentes des investisseurs en matière de cadre légal et réglementaire solide régissant l’investissement et offre la garantie de transfert, dans un autre pays, du
capital investi et des revenus qui en découlent ».

David Wilhelm, président du CA du conseil d’affaires algéro-américain : «Impressionnés parles changements qu’a connus l’Algérie »

Les investisseurs américains ont affiché leur intérêt à investir dans plusieurs secteurs en Algérie, particulièrement après avoir pris connaissance du climat des affaires en Algérie.
Des investisseurs américains, faisant partie d’une délégation qui a entamé une visite de travail en Algérie, ont fait part hier de leur intérêt à investir dans plusieurs secteurs en Algérie, notamment les énergies renouvelables, l’agriculture, l’industrie et la technologie.

Représentant 26 entreprises, la délégation américaine conduite par le président du conseil d’administration du conseil d’affaires algéro-américain (USABC), David Wilhelm, ainsi que par le président de ce conseil, Ismail Chikhoune, a rencontré hier les membres de l’agence algérienne de promotion de l’investissement (Aapi), présidée par le directeur général de l’agence, Omar Rekkache.

Lors de cette rencontre, M. Wilhelm a indiqué dans son intervention que la délégation qui l’accompagne est venue en Algérie, car étant « convaincue des opportunités d’investissement qui y sont offertes ». Selon lui, la délégation américaine « est impressionnée par les changements qu’a connus l’Algérie ces dernières années dans l’objectif d’améliorer le climat des affaires », soulignant que ceci leur a permis de réaliser un progrès vers la conclusion d’accords pour la concrétisation à l’avenir de projets en Algérie.

« Après l’amélioration du climat des affaires en Algérie, notre tour est venu pour transférer la technologie, le savoir et les capitaux vers l’Algérie et œuvrer à y rester, à travers des investissements fructueux et une coopération gagnant-gagnant », a également déclaré le président du conseil d’administration de l’USABC.

Des opérateurs américains d’agriculture en février à Alger

De son côté, M. Chikhoune a indiqué dans une déclaration à la presse que « pour la première fois, les fonds d’investissement aux Etats-Unis d’Amérique affichent un intérêt à investir en Algérie », relevant que ceci intervient grâce aux avantages contenus dans la nouvelle loi sur l’investissement. Dans la foulée, Chikhoune a annoncé qu’en vue d’examiner les opportunités d’investissement, plusieurs hommes d’affaires américains versés dans le domaine de l’agriculture se rendront en février prochain en Algérie, tandis qu’une délégation d’opérateurs économiques algériens se dirigera vers les Etats-Unis après le mois de ramadan.

Par ailleurs, M. Rekkache a mis en avant le progrès remarquable qu’a connu le climat des affaires en Algérie ces dernières années, à travers la consolidation de la stabilité du système législatif lié à l’investissement, la simplification des procédures et le renforcement de la transparence dans les échanges. Le même responsable a exprimé sa volonté de voir des projets qui profitent aux différentes parties, affirmant à la délégation américaine la disponibilité, en Algérie, de toutes les conditions favorisant des investissements réussis, en plus du soutien et de l’accompagnement de l’Aapi.

Il a ainsi passé en revue le nombre d’investissements américains déclarés jusqu’à 2023, à savoir 11 projets dont 10 ont été concrétisés, répartis entre 9 projets de partenariat algéro-américain et 2 projets dans le cadre de multinationales. La rencontre a été l’occasion pour des cadres de l’Aapi d’échanger avec la délégation américaine, à laquelle ils ont fourni des explications sur le système d’incitation à l’investissement, le rôle de l’agence
dans l’accompagnement des investisseurs et les conditions d’octroi du foncier économique relevant du domaine privé de l’Etat destiné à la réalisation de projets d’investissement.

N. M.