Dar Lefchouche 2, El-Berrani, Errihane, Hdache Hdache 2 : La bataille de l’audimat

0
1265

PAR DELLOULA MORSLI

Le feuilleton est devenu un divertissement incontournable du mois sacré du ramadan. Chaque année, les chaînes de télévision, privées et publiques, rivalisent de créativité pour proposer des productions qui captivent l’audience. Cette année encore, la programmation s’annonce riche et variée, avec des feuilletons qui abordent divers thèmes. Humour, drames sociaux et intrigues s’invitent sur nos petits écrans. Retour sur les séries les plus en vue…

«Dar Lefchouche 2» : Djaâfar Gacem l’incontournable

Djaâfar Gacem, un nom qui résonne dans le paysage audiovisuel algérien comme un maître de la satire et de l’humour. Sa recette magique ? Détourner l’actualité avec finesse et légèreté, créant ainsi des fictions télévisées qui font mouche auprès du public. Depuis une quinzaine d’années, ses séries comiques, telles que « Nass M’lah City », « Djemai Family » ou encore « Sultan Achour 10 », ont marqué les esprits et conquis les cœurs. Son talent réside dans sa capacité à transformer les événements du quotidien en situations cocasses et divertissantes, tout en conservant un regard aiguisé sur la société algérienne. Cette année, il revient avec « Dar Lefchouche », dont la première saison a connu un franc succès auprès du public. Le casting est reconduit avec les talentueux Athmane Bendaoud, Samia Meziane, Hichem Mesbah et Merouane Guerouabi. De nouveaux visages se joignent à l’aventure, à l’image de Mina Lachter dans le rôle de Doudja. La série sera diffusée sur Samira TV.

«Hdache Hdache 2» : mystère et suspense

La deuxième saison de « Hdache Hdache » a été annoncée par la chaîne Echourouk TV. Cette seconde partie se focalise sur un jeu à haut risque où la vie de tous les personnages principaux, incarnés par Malika Belbey, Aziz Boukerouni, Youcef Sehairi et Mohamed Frimehdi, est menacée. L’organisateur de ce jeu macabre cherche à assouvir sa vengeance envers tous ceux qui l’ont blessé dans le passé. La réalisation est toujours signée Oussama Kobi qui a s’est associé avec Mohamed Dali pour l’écriture du scénario. La nouvelle saison verra l’arrivée de nombreux nouveaux personnages qui se joindront au casting initial, tels que le comédien tunisien Yassine Ben Gamra et Meziane Amiche. A rappeler que la première saison a été primée au festival international Matera-Fiction qui s’est déroulé au mois de juin dernier en Italie.

«El Berrani» : sociologie du temps présent

Echourouk TV met les bouchées doubles cette année avec la diffusion du feuilleton « El Berrani ». En effet, Après « Eddama », le réalisateur Yahia Mouzahem est de retour avec un autre drame social, un genre dont il maîtrise la recette. Il refait confiance aux comédiens qui ont porté son projet précédent, à savoir Mustapha Laribi, Aida Ababsa et Krimo Derradji. A l’affiche également, Khaled Benaissa qui a interprété récemment le rôle du révolutionnaire Larbi Ben M’hidi dans le dernier long métrage de Bachir Derrais, ainsi que
Athmane Bendaoud qui sort du répertoire humoristique pour l’occasion.

«Errihane» : le prix de l’éthique

Abdelkader Djeriou, un habitué du mois sacré, sera la vedette du feuilleton « Errihane » aux côtés de Mohamed Khassani, Zahra Harkat et Djamila Arras. Réalisé par l’Egyptien Mahmoud Kamel, dont la carrière compte plusieurs séries et films, il s’est dit ravi d’avoir travaillé avec une équipe algérienne talentueuse. Les événements de la série tournent autour du personnage Hamid qui intègre une grande entreprise en tant que comptable. Son œil aiguisé ne tarde pas à déceler des irrégularités dans les finances de l’entreprise. Des anomalies comptables, des détournements de fonds et des fraudes fiscales s’accumulent. Hamid refusant de se taire, décide de dénoncer les agissements frauduleux dont il est témoin.

Mais la vérité n’a pas toujours le pouvoir de triompher. Elle sera diffusée sur la chaîne Ennahar TV. Le succès des feuilletons ramadanesques ne se dément pas. Ils constituent un
véritable moment de partage et de communion pour les familles algériennes. Après une journée de jeûne, c’est l’occasion de se détendre face à son poste de télévision. La production de feuilletons ramadanesques représente également un enjeu économique important. Cette industrie génère du gain et crée des emplois pour des acteurs, des réalisateurs et des techniciens, qui n’ont pas la chance de crouler sous les offres le reste de l’année.

D. M.