Education: L’Algérie engagée à mettre son expertise au service des pays africains

0
144
Attaf à Addis-Abeba

S’exprimant, ce mercredi, lors de la 44ème session du Conseil exécutif de l’Union africaine, UA, à Addis-Abeba, le ministre des Affaires étrangères, Ahmed Attaf a réaffirmé l’engagement de l’Algérie à partager son expérience et ses expertises avec les pays africains pour promouvoir le secteur de l’éducation et de l’enseignement.

A l’occasion, Attaf a salué le choix de la problématique de l’enseignement comme thème principal de cette rencontre, car présentant un « défi majeur pour rompre le cercle de la pauvreté et renforcer le développement socioéconomique du continent qui abritera, à l’horizon 2050, 40 % des enfants du monde (près d’un milliard d’enfants et d’adolescents de moins de 18 ans) ».

Outre ses efforts au niveau national, l’Algérie « s’engage à partager ses expériences et à les échanger avec les pays africains frères afin de promouvoir le secteur de l’éducation et de l’enseignement, à travers les bourses d’études et bourses de formation », a affirmé le ministre, soulignant que l’Algérie accordait chaque année « plus de 2 000 bourses d’études à ses frères africains, ainsi que plus de 500 bourses de formation ».

Tout en exprimant la fierté de l’Algérie d’avoir contribué, depuis son indépendance, à la formation de pas moins de 65 000 étudiants africains, Attaf a rappelé que les efforts de l’Algérie pour la relance de la formation et l’enseignement se manifestaient à travers « les projets de construction et de rénovation des écoles, des projets réalisés par l’Agence algérienne de coopération internationale, notamment dans les pays voisins ».

Le ministre a également mis en avant le soutien de l’Algérie à l’Institut panafricain des sciences de l’eau et de l’énergie et des changements climatiques, basé à Tlemcen en Algérie, qui a contribué à la formation de plus de 644 étudiants issus de 45 pays membres de l’Union africaine.

A cette occasion, M. Attaf a salué « hautement » le succès de cet institut, qui est l’un des pôles de l’Université panafricaine, se félicitant des efforts de la Commission de l’Union africaine ainsi que le soutien apporté par le partenaire allemand et la Banque africaine de développement.

Il a jugé nécessaire de concentrer les efforts sur le traitement des causes profondes du retard enregistré dans le continent africain dans ce domaine, notamment « les guerres et les conflits qui ont empêché plus de 40% des enfants du Sahel de rejoindre les bancs de l’école ».

Il s’agit, également, du manque d’infrastructures, les statistiques faisant état d’une carence alarmante dans plus d’un million d’établissements éducatifs, en sus de la pénurie d’enseignants qualifiés, les besoins de notre continent étant estimés à pas moins de 17 millions d’enseignants supplémentaires ».

Les travaux de la 44e session du Conseil exécutif de l’UA interviennent en prévision de la tenue de la 37e session ordinaire du Sommet des chefs d’Etat et de Gouvernement de l’UA, prévu les 17 et 18 février 2024 à Addis-Abeba (Ethiopie), sous le thème : « L’éducation d’une Afrique adaptée au 21e siècle ».