Frappes sionistes à Damas : L’Algérie appelle à une réaction ferme du Conseil de sécurité

0
1601
Frappes sionistes à Damas : L’Algérie appelle à une réaction ferme du Conseil de sécurité

Le représentant permanent de l’Algérie auprès des Nations unies M. Amar Bendjama, a appelé le Conseil de sécurité à réagir avec fermeté et de manière décisive à l’attaque menée lundi par l’entité sioniste contre l’ambassade de l’Iran à Damas en Syrie.

« Nos plus sincères condoléances vont au peuple et au gouvernement iraniens suite à la tragique frappe aérienne contre leurs locaux diplomatiques à Damas », a dit M. Bendjama lors d’une réunion mardi à New York du Conseil de sécurité onusien suite à l’attaque sioniste contre les locaux diplomatiques de l’Iran en Syrie ayant fait 13 morts dont sept militaires iraniens.

« Cette attaque constitue une violation flagrante du droit international (qui garantit) l’inviolabilité des locaux diplomatiques et consulaires comme indiqué dans la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques et la Convention de Vienne sur les relations consulaires », a poursuivi l’Ambassadeur.

Une violation grave des obligations internationales

Et de souligner : « Une violation aussi grave des obligations internationales de la part de la puissance occupante israélienne ne peut être ni justifiée ni tolérée. Nous devons élever la voix contre les dangereuses implications de cette provocation qui pourrait conduire à une escalade des tensions dans la région, voire dans le monde. Le Conseil de sécurité de l’ONU doit réagir avec fermeté et de manière décisive à cette remise en question des principes fondamentaux de la souveraineté de l’Etat », a plaidé le diplomate.

Pour M. Bendjama, le timing de cette attaque, survenue dans la foulée des pressions internationales pour un cessez-le-feu à Gaza, réclamé par la résolution 2728 du Conseil de sécurité des Nations unies, « constitue un mépris délibéré pour les appels à la cessation des hostilités venant de l’ensemble de la communauté internationale. Le but d’un tel acte est évident : répondre aux pressions internationales en intensifiant le conflit, qui prolonge le massacre des Palestiniens pour des calculs de politique interne », a-t-il enchaîné.

L’Ambassadeur a ajouté que cet acte dangereux, de nature à entraîner toute la région dans un conflit, est évident et reflète la croyance en l’impunité de la puissance occupante israélienne, qui se considère au-dessus du droit international.

O.K./APS