Hausse du prix de la sardine : Les explications du ministre de la pêche

0
1124
La pêcherie, Alger : La sardine à 250 DA/kg, les citoyens apprécient, les vendeurs pas du tout

Par Adel C.

En visite de travail et d’inspection à la wilaya de Sidi Bel-Abbès, le ministre de la pêche et des productions halieutiques, Ahmed Badani, a assuré que pour soutenir et accompagner les projets d’investissement liés à l’aquaculture et ses accessoires, notamment la production de matériaux et équipements, compte tenu de l’importance de ce secteur dans l’augmentation de la production de poisson et l’amélioration de la sécurité alimentaire du pays, il faut renforcer les efforts et la coordination entre les différents acteurs.

Le premier responsable de ce secteur s’est dit, par la suite, satisfait des progrès réalisés dans le domaine de l’aquaculture en eau douce. «En 2023, et au premier trimestre de l’année 2024, des chiffres encourageants ont été enregistrés en termes de projets productifs et de quantités de la production halieutique réalisée. Dans ce cadre, plus de 55 projets productifs ont été recensés, dont trois nouveaux projets entrés en production cette année, en plus des 49 projets en cours de réalisation», a-t-il indiqué avant d’ajouter : «Il faut savoir aussi que plus de 22.000 professionnels de l’activité aquacole ont été enregistrés, à travers l’élevage de plus de 16.000 bassins. Ces activités ont permis d’atteindre une production estimée à plus de 2700 t de poissons d’eau douce de différentes espèces. Des poissons commercialisés à travers les réseaux de distribution des produits de la pêche ou à travers les points de vente de la chambre nationale, notamment durant le mois de ramadan, où des produits tels que le tilapia, la carpe, le bar noir, le sandre ou encore la dorade ont été commercialisés à des prix compétitifs.»

Afin d’atteindre les objectifs tracés, M. Badani a révélé que les responsables du ministère sont à la recherche d’un accord avec ceux du ministère de l’agriculture et du développement rural et du ministère de l’hydraulique afin d’exploiter le plus grand nombre de bassins d’irrigation agricoles, le plus grand nombre de barrages et de retenues collinaires pour l’ensemencement d’alevins.

Présent à l’université Djilali-Liabès où s’est déroulée l’ouverture d’une journée d’étude sur «l’investissement dans l’aquaculture : défis et perspectives», Ahmed Badani a pris la parole pour évoquer une nouvelle fois les efforts qu’il faut fournir dans ce domaine pour obtenir les résultats souhaités. Lors de cette sortie de travail, M. Badani a été interrogé sur la hausse du prix de la sardine. Sa réponse a été la suivante : «Depuis le début de l’année, les mauvaises conditions climatiques ont fait chuter la production à 2500 tonnes, alors que la production a dépassé 8000 tonnes au cours des mois de juin et juillet passés.» Puis, il a enchaîné : «D’ailleurs, c’est à cause de cette situation qu’on a eu recours à des importations limitées de sardine vendue à 500 DA/kg. Une telle décision avait pour but de créer un équilibre et une stabilité des prix à travers les différentes wilayas, en attendant l’entrée de la production locale et le retour de l’équilibre sur le marché.»

A.C.