Il s’agirait de Hamoud et Coca-Cola : Mise en garde contre 2 producteurs de boissons

0
23877

PAR M. MANSOUR

A l’approche du mois de ramadan, certains producteurs de boissons gazeuses ont procédé à une augmentation des prix. En réaction, le ministre du commerce et de la promotion des
exportations, Tayeb Zitouni, a exprimé sa réprobation, tout en annonçant que ces producteurs devront « rendre des comptes ».

Animant un point de presse hier, en marge de l’ouverture de la troisième édition du salon
international de la boisson et des aliments liquides (Bevalg) au palais des expositions à Alger, M. Zitouni a fait savoir que les augmentations des prix opérées par deux producteurs présents sur le marché algérien étaient inacceptables et surtout injustifiées, tout en assurant que les services de contrôle seront instruits pour contrôler de près l’évolution des prix appliqués, mais également la qualité des produits.

« Nous avons constaté que certains producteurs tiraient profit de certaines situations pour appliquer des hausses de prix sur leurs produits », a-t-il déploré, précisant que ses services ont noté que ces deux marques avaient appliqué des augmentations des prix qui n’avaient pas lieu d’être.

A ce propos, il s’est engagé à ce que les producteurs concernés soient contraints de revenir
au prix initial, au risque de s’exposer à des mesures exemplaires. Le ministre s’est bien gardé de nommer les deux producteurs mis en cause, mais il s’agirait de Hamoud Boualem et Coca-Cola.

S’agissant de l’harmonisation des prix, M. Zitouni a annoncé une réouverture du dossier avec la participation des partenaires concernés, dans le but de revoir la structure de ces prix, notamment pour ce qui a trait à l’investissement, au retour sur investissement et au
coût de revient. Dans le même ordre d’idées, le ministre a tenu à rappeler que « la loi de finances 2024 reposait sur la préservation du pouvoir d’achat des Algériens », tout en mettant en avant le fait que rien ne justifiait de telles hausses, d’autant plus que les coûts de revient demeuraient inchangés et que les producteurs n’ont subi aucune taxe supplémentaire.

Et d’ajouter : « Toute augmentation des prix concernant ces produits, alors que nous nous apprêtons à accueillir le mois de ramadan, est injustifiée, et les producteurs qui s’aventureraient à les appliquer devront rendre des comptes », a-t-il annoncé.

Contacté par l’Algérie Aujourd’hui, le président de l’association des producteurs algériens de boissons (Apab), Ali Hamani, a expliqué que son organisation tirera au clair cette histoire, tout en veillant à identifier tous les producteurs ayant appliqué des augmentations des prix.

Bien qu’il ait mis en exergue le fait que les prix de ces boissons ne sont pas réglementés, ce dernier a confié que tous les producteurs affiliés à son association ont été invités à proposer des offres promotionnelles au profit des consommateurs durant le mois de ramadan. « Il s’agit là d’une initiative qui n’a d’autre objectif que d’alléger, un tant soit peu, le fardeau des ménages durant ce mois », a-t-il ajouté.

M. M.