La presse tunisienne et une source à la CAHB le confirment : «Pas de CAN à Layoune»

0
12

/Prévue dans un premier temps du 13 au 23 janvier à Gelmim et Layoune, la Coupe d’Afrique des nations de handball a été finalement reportée pour le mois de juin prochain et devrait se dérouler du 22 juin au 2 juillet, annonce dans un communiqué officiel la Confédération africaine de handball (CAHB).

Cette décision est motivée par les recours introduits par l’Algérie et la Zambie, qui, techniquement, remettent en cause le tirage au sort réalisé le 8 décembre dernier lors d’une visioconférence, mais pas que. Puisque l’Algérie avait, avant cela écrit à toutes les instances concernées (CAHB, FIHB, CIO, ONU…) pour dénoncer la tenue de cette compétition sur une ville occupée, Layoune en l’occurrence. Il faut dire que le retour en force de l’Algérie sur le plan internationala pesé de tout son poids auprès de ces instances dans cette bataille. Les responsables de la CAHB  ont fini par céder. Du coup, cet événement ne se tiendra pas à Layoune. Le site Tunisie numeric, qui avait donné l’information du report du tournoi avant même que la CAHB ne publie son communiqué, annonce la ville de Guelmim, dans le sud du Maroc pour accueillir la compétition. Un membre de la CAHB que nous avons joint hier au téléphone nous a confirmé cette information, tout en insistant pour rester anonyme. «La compétition n’aura pas lieu à Layoune, c’est une certitude. On a évité de le mentionner dans le communiqué pour laisser le temps au Maroc de préparer sa proposition, en dehors des villes à l’intérieur des zones de conflits», nous dira-t-il.

Dans le déni total, le Maroc pourrait être obligé de se désister

La presse marocaine est en feu depuis l’annonce de la nouvelle. Le président de la Fédération marocaine de handball, Adli Hanafi, qui a jusque-là gardé le silence et refusé les sollicitations de ces compatriotes a accepté de répondre aux questions de l’AFP. «Ce Tournoi se déroulera dans les villes de Guelmim et Laâyoune comme prévu». Avant d’ajouter : «Il n’y a pas de décision de la Confédération africaine de handball pour dire le contraire». Le 8 décembre, la CAHB a précisé que la CAN de handball se déroulera à Guelmim, sans mentionner la ville occupée de Laâyoune. Si notre source à la CAHB dit vrai et surtout si sa confiance repose sur des certitudes, le Maroc pourrait fort probablement se désister et laisser l’organisation de ce tournoi à une autre nation… sinon l’accueillir mais sur ces terres connues et reconnues par la communauté internationale et ses instances officielles.  

Le tirage au sort sera refait… et avec  l’Algérie

Selon les informations dont nous disposons, le tirage au sort sera refait et l’Algérie devrait être présente. Même si pour l’instant, rien n’a été officialisé, nous avons appris d’une source quasi-officielle  que ceux qui s’occupent de ce dossier  sont en train de faire tout leur possible pour réintégrer l’Algérie dans  ce tournoi. Un tournoi que notre sélection n’a raté qu’une seule fois, ce fut lors la première édition, en 1976. Par la suite, elle a participé à 23 éditions consécutives remportant au passage sept fois ce titre. «Si la raison qui a provoqué notre retrait disparait, alors oui, on disputera cette CAN, le plus normalement du monde, je ne voix pas pourquoi ce ne serait pas le cas», nous dira une personne très au fait du dossier. 

Les dates de la CAN et des JM posent problème

Ce qu’il faut savoir aussi, c’est que les nouvelles dates posent problème du moment où ce tournoi a été programmé dans la même période que les Jeux Méditerranéens 2022 dont le début est programmé pour le 25 juin et qui s’étaleront jusqu’au 5 juillet. Alors que plusieurs sélections comptaient participer à cet événement qui se tiendra à Oran avec leur équipe première, une telle décision pourrait bien pousser les Egyptiens mais aussi les Tunisiens et bien évidemment les Algériens à revoir leur copie. Ils pourraient se rendre à la CAN, qualificative pour le Mondial avec les seniors et ne participeront aux JM2022 qu’avec les espoirs, à moins qu’une nouvelle solution soit trouvée lors des jours à venir. Affaire à suivre…

F. C.