Les banquiers évoquent un début « appréciable » pour l’ouverture du capital du CPA : Les épargnants passent à « l’action »

0
300

PAR R. AKLI

« Début encourageant et appréciable, compte tenu de la nouveauté de la chose »… C’est la mention qu’attribuent bon nombres de préposés aux guichets d’agences bancaires de la capitale aux premières opérations de souscription aux actions du CPA, ouvertes depuis mardi dernier et jusqu’à la fin du mois de février courant.

Secret et discrétion règnent généralement quand il est question d’argent. Acheter des actions, c’est épargner et placer des fonds en vue d’un gain futur. Difficile donc d’accoster des clients venus spécialement souscrire des actions CPA, malgré un certain temps d’attente devant les guichets bancaires dédiés spécialement à cette opération au niveau de
la plupart des agences bancaires des principales artères de la capitale. Pour la plupart,
ces agences arborent à leur entrée des panneaux grand format et haut en couleurs pour inciter leur clientèle à acheter des actions.

A la fois émetteur et chef de file du syndicat de placement des titres proposés à cession, le réseau CPA est hautement mobilisé pour accueillir et convaincre les clients de l’opportunité de placer leur argent dans les actions. Non loin de la place du 1er-Mai à Alger, l’une des principales agences de la banque tient un guichet spécialement dédié à la vente d’actions. Interrogée sur les formalités à remplir pour acheter ces titres, la préposée au guichet nous explique d’emblée que « le prix de l’action est de 2300 DA mais il faut acheter au moins 10 actions ».

Des agences parées et mobilisées

A la question de savoir comment procéder pour y souscrire, elle nous montre tout
simplement des formulaires (convention et ordre d’achat) qu’elle se charge elle-même de remplir, suite à quoi la transaction, nous dit-elle, « peut tout de suite être validée. « Quel rendement attendre » ? « Les bénéfices seront reversés automatiquement sur votre compte chaque année », assure-t-elle. Comment faire pour revendre mes actions si j’ai besoin de retirer mon argent ? « La même procédure, vous venez chez nous remplir et signer un ordre de vente qui sera transmis sur le marché pour céder vos titres », indique-t-elle. Si tel est l’accueil dans nombre d’agences du CPA à Alger-Centre, les choses ne sont pas toujours aussi faciles au niveau de certaines agences d’autres banques qui font pourtant partie du syndicat de placement censé faciliter la vente des titres.

Au niveau de l’une des agences d’une grande banque publique de la place, l’on nous suggère tout simplement de nous orienter vers une agence CPA « pour que l’on s’occupe bien de vous », nous explique-t-on, selon l’expression consacrée. Dans d’autres agences d’Alger-Centre, l’on nous assure surtout qu' »il vaudrait mieux aller acheter des actions dans l’agence où l’on détient déjà un compte bancaire pour mieux faciliter les procédures ». Dans l’ensemble, faut-il néanmoins souligner, la plupart des agences bancaires du centre de la capitale sont bien parées et très mobilisées pour accueillir, renseigner et bien prendre en charge les clients désireux de placer leur argent dans les actions CPA.

Du côté du boulevard Amirouche, non loin du siège de la bourse d’Alger où se négocient justement les actions, un responsable d’une grande agence de la BADR nous assure recevoir au moins 15 à 20 clients par jour, depuis le début de la période de souscription, « qui viennent soit pour se renseigner soit pour demander carrément à acheter des actions ». Des particuliers pour la plupart, affirme-t-il, en précisant que l’ensemble du personnel de la banque est mobilisé pour informer et prendre en charge les potentiels souscripteurs. Même son de cloche au niveau d’une autre grande agence du crédit populaire d’Algérie située au cœur de la capitale : « Nous recevons plus d’une quinzaine de clients par jour qui veulent acheter des actions », nous assure l’un de ses responsables.

Combien on peut gagner ?

Pour la plupart, nous confie-t-il, « ils demandent surtout à savoir combien ils peuvent gagner en achetant des actions CPA et comment faire pour revendre leurs actions s’ils ont besoin de récupérer leur argent ». Le même banquier affirme que « les clients sont vite convaincus quand on leur explique que le rendement des actions est au moins trois fois supérieur à celui des comptes épargne ordinaires et qu’ils peuvent par la suite revendre leurs actions plus cher et à tout moment en s’adressant tout simplement à l’agence où ils ont souscrit pour la première fois ».

Dans l’ensemble et à peine une semaine après l’ouverture de la période de souscription qui s’étale jusqu’à fin février courant, le réseau CPA de la région d’Alger-Centre, composé d’une quinzaine d’agences, aurait déjà enregistré des ventes d’actions « pour pas moins de 300
milliards de centimes par agence en moyenne », nous affirment des responsables du secteur. Selon eux, il s’agit d’un début plus qu’appréciable au vu de l’importance et de la nouveauté de l’opération qui porte, rappellent-ils, sur la cession de 60 millions d’actions pour une levée de fonds de près de 138 milliards de dinars. Les épargnants passent désormais à « l’action », notent en définitive nos interlocuteurs, comme pour attester d’un certain engouement des Algériens à placer leur épargne dans le capital du CPA.

R. A.