Les paramédicaux ne décolèrent pas : «On est en souffrance et la tutelle nous ignore»

0
0
Para

Après le franc succès de son action de débrayage qui a paralysé les hôpitaux algériens les 15 et 16 novembre derniers, le Syndicat algérien des paramédicaux ne décolère pas et semble bien déterminé à aller jusqu’au bout de ses revendications. En effet, face au silence de la tutelle, Ghachi Lounès, président du SAP promet de revenir prochainement à la charge en cas de non considération des revendications de la corporation. «La corporation a largement répondu à notre appel, cela prouve à quel point la situation est insoutenable pour nous tous. Il n’est pas normal que la tutelle continue d’ignorer notre appel au dialogue et de faire comme si de rien n’était alors que la corporation est en souffrance», s’est-il indigné en ajoutant : «Nous sommes dans une conjoncture particulière et au lieu de prendre soin de la corporation qui est au premier rang face à la pandémie, la tutelle ne fait qu’attiser sa colère. Le ministre a déclaré récemment que nous sommes préparés à faire face à une 4e vague, il est inadmissible que le premier responsable du secteur parle en notre nom à tous. Comment peut-il se vanter d’être prêt avec une corporation dont les ressources sont au plus bas», a-t-il déclaré. Bien remonté contre la tutelle, le syndicaliste a regretté «l’indifférence» du ministère vis-à-vis des actions de protestations organisées depuis le début du mois en cours et a dénoncé l’absence de dialogue.

Quid du statut particulier ?

Pour rappel, de par ses mouvements de débrayage, le SAP a voulu dénoncer l’absence de perspectives autour de la révision du statut particulier des paramédicaux. Ghachi affirme que son syndicat a procédé au dépôt de ses propositions mais sans que cela n’ait une suite au niveau du ministère de la Santé. «Le président de la République a ordonné en août dernier la révision du statut particulier des travailleurs du secteur de la santé, plusieurs mois après rien n’a été fait, aucune commission n’a été installé et aucun syndicat entendu ! Cela est inadmissible surtout que nous nous sommes empressés de présenter nos propositions dans l’espoir d’enclencher le débat mais rien !» a ajouté notre interlocuteur. Aussi, le syndicaliste a fortement dénoncé «l’entrave à l’exercice syndical relevée dans certains établissements hospitaliers»  en appelant les membres de la corporation «à résister davantage à la pression». 

W. S.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici