Permis à points : tout ce qu’il faut savoir

0
117

/La décision de suspendre l’utilisation de la procédure du retrait de permis de conduire est entrée en vigueur hier. S’exprimant à ce sujet sur les ondes de la Radio Chaine 1, Abdelhakim Nacef, le délégué national à la sécurité routière, a rappelé que jusqu’à la mise en place du permis à points, il n’y aura que des amendes forfaitaires à payer.

Alors que jusque-là, il n’y a pas eu beaucoup de détails concernant la manière d’opérer une fois que la nouvelle formule sera lancée, M. Abdelhakim Nacef a profité de cette occasion pour faire quelques révélations. A ce sujet, il a dit : «La mise en place du permis à points est toujours en cours de préparation».

Un total de 24 points

Et d’ajouter qu’à son entrée en vigueur, «les conducteurs auront 24 points à leur actif, alors que les détenteurs de nouveaux permis en auront 12.» Dans le cas où tous les points seront perdus à force de multiplier les infractions, un nouveau saut chez l’auto-école sera imposé car ce n’est que de cette manière qu’un nouveau permis de conduire sera délivré à celui ou celle qui perd tous ses points. Une telle procédure obligera ainsi les conducteurs à être plus prudents sur les routes afin de ne pas commettre des délits causant la perte de leurs points.

Ce qu’on perd à chaque infraction

Par ailleurs, il est nécessaire de rappeler qu’une infraction de premier degré entraîne une amende de 2000 DA et la perte d’un point, alors qu’une infraction de second degré, comme le franchissement d’une ligne continue ou le stationnement sauvage, est sanctionnée par 2500 DA d’amende et le retrait de deux points. Si l’infraction est considérée de 3e degré comme le non port de la ceinture de sécurité et le stationnement dangereux, son auteur sera appelé à payer une amende de 3000 DA et perdra quatre points. Pour une infraction de quatrième degré, il faut compter une amende de 5000 DA et le retrait de 6 points. Une amende de 10.000 DA à 50.000 DA sera infligée au conducteur roulant à une allure supérieure de 30% à la vitesse autorisée. tout transporteur de marchandises roulant avec un véhicule dont la marchandise dépassant de 3500 kg le poids total autorisé encourt le risque d’être emprisonné pendant 6 mois à deux ans et 20.000 DA à 50.000 DA d’amende. Idem pour les chauffeurs de minibus et de bus de plus de neuf places ne respectant pas le temps de conduite autorisé ainsi que le temps de repos.

F. C.