L'Algérie Aujourd'hui
Le Monde

Poutine : «L’opération militaire russe est un succès»

Le président russe Vladimir Poutine a estimé hier que son opération militaire en Ukraine était un « succès », affirmant que Moscou ne laisserait pas ce pays devenir une « tête de pont » pour des « actions agressives » contre la Russie. Il a aussi comparé l’avalanche de sanctions et condamnations occidentales frappant la Russie, son économie, ses sportifs et son monde de la culture aux « pogroms antisémites », dénonçant un comportement « odieux » et « indécent » des Occidentaux. « L’opération se déroule avec succès, en stricte conformité avec les plans préétablis », a déclaré M. Poutine, selon des propos retransmis à la télévision, réaffirmant ne pas avoir l’intention « d’occuper » l’Ukraine. Selon lui, l’offensive a été déclenchée parce que « toutes les options diplomatiques » avaient été « épuisées ». « Nous n’avions tout simplement pas d’options pour résoudre le problème de manière pacifique », a poursuivi le dirigeant russe, qui a assuré avoir « toutes les raisons de croire » que des « composants d’armes biologiques » étaient en développement sur le territoire ukrainien. Il a aussi dit ne plus pouvoir tolérer les « années d’intimidation de la population du Donbass », l’est russophone de l’Ukraine, où Kiev est confronté depuis huit ans à des séparatistes prorusses soutenus par Moscou. Selon M. Poutine, l’Ukraine « se préparait à un scénario violent » et le début d’une offensive ukrainienne contre le Donbass et la Crimée, territoire annexé en 2014 par Moscou, « n’était qu’une question de temps ». « Nous n’avions pas d’autre option pour nous défendre (…) nous ne permettrons pas que l’Ukraine serve de tête de pont pour des actions agressives contre la Russie », a encore dit le président.

Il augmente les salaires et promet des aides à foison

Le président russe Vladimir Poutine a promis hier une série d’aides financières aux particuliers et aux entreprises pour faire face à l’avalanche de sanctions, assurant surmonter le « blitzkrieg » économique occidental contre la Russie. Lors d’une réunion gouvernementale diffusée à la télévision, il a promis d’augmenter « le minimum vital, les salaires de fonctionnaires », les retraites et de supprimer des entraves administratives pour les affaires.  « Oui, ce n’est pas simple pour nous en ce moment », mais « il n’est pas possible d’organiser un blitzkrieg économique contre la Russie », a-t-il assuré. Le président s’est efforcé de rassurer : « notre économie, le budget de l’État, les entreprises privées ont toutes les ressources nécessaires pour résoudre les tâches à long terme », a-t-il affirmé, estimant que « même dans la situation actuelle, nous devons parvenir à une réduction de la pauvreté et des inégalités ».

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez refuser si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus