L'Algérie Aujourd'hui
Sports

Algérie-Cameroun : la FIFA disculpe les arbitres de la VAR et l’ENTV mais pas Gassama !

La Fédération algérienne de Football a publié dans la nuit de vendredi à samedi un communiqué faisant état d’une première réponse de la commission d’arbitrage de la FIFA concernant le dossier Algérie-Cameroun.

Si la majorité des Algériens ont interprété et à juste titre ce communiqué «énigmatique» comme étant une réponse négative de la part de l’instance mondiale, certains, dont des officiels de la FAF, estiment que «la décision finale de la FIFA n’a en réalité pas été clairement établie dans le texte de la correspondance», ce qui n’est pas faux également. «Le recours algérien est toujours sur la table de la commission d’arbitrage de la FIFA, laquelle n’a pas encore définitivement statué sur l’affaire Algérie-Cameroun. Contrairement aux récentes informations, qui sont en réalité de fausses lectures, émanant de plusieurs médias algériens, européens et surtout camerounais, le verdict final de l’instance mondiale n’a pas encore été officiellement communiqué», nous dira un responsable de la FAF.  

La FAF a-t-elle bien fait de rendre publique la lettre de la FIFA ?

La FAF, dans son communiqué, n’a fait aucune lecture du courrier de la FAF, se contentant de le publier tel qu’il est. Est-ce une bonne décision de le rendre public ? Beaucoup de professionnels pensent que non. Mais là, n’est pas la question. Il suffit de lire cette première réponse de la FIFA, sans aucune interprétation pour comprendre que le rédacteur a été précis et clair dans son message. « Nous regrettons que, selon votre appréciation, les décisions des arbitres aient pu influer négativement sur le cours de la rencontre. Nous avons pris bonne note des éléments de votre courrier et nous pouvons d’ores et déjà vous garantir que l’ensemble des incidents survenus pendant le match ont été examinés avec soin par les deux arbitres vidéo, conformément aux Lois du Jeu et au protocole d’assistance vidéo à l’arbitrage», a publié la FAF.

Aucun mot sur Gassama

On comprend par-là que la FIFA informe la FAF et non l’opinion publique que les arbitres de la VAR ont bien fait leur job, qu’ils avaient examiné avec soin les actions litigieuses et surtout qu’ils avaient à leur disposition les images nécessaires pour prendre les décisions qui s’imposent, mais la réponse ne dit pas un mot sur Gassama et ses assistants. Le communiqué ne nous dit pas également si les arbitres de la VAR ont demandé à Gassama de venir revoir la faute sur Mandi lors du but d’Ekambi, encore moins si le Gambien a refusé leur requête. La même chose peut être dite à propos du penalty sur Belaïli. Pour ce qui du but refusé à Slimani, les arbitres de la VAR ont bien appelé Gassama à l’écran pour revoir l’action et ce dernier assume seul sa décision de ne pas accorder le but. De ce fait, on comprend que la FIFA n’a pas encore définitivement statué sur l’affaire Algérie-Cameroun ! La lettre de la FIFA n’est ni un « simple accusé de réception» de la part de la FIFA ni même un «véritable indice sur sa décision finale».

La FAF demande le contenu de l’échange entre la chambre de la VAR et Gassama

Déboussolés par la lettre de la FIFA, les responsables de la FAF ont envoyé un courrier, hier, à la FIFA pour exiger des explications, mais pas que. En effet et selon une source officielle, l’instance fédérale a demandé à la FIFA une copie de l’enregistrement audio entre les arbitres allemands de la VAR et l’arbitre central Gassama. L’objectif étant d’être sûr que Gassama n’a pas été appelé à constater la faute sur Mandi dans le premier but camerounais et même sur le penalty refusé à Belaïli. On ne sait pas si la FIFA répondra favorablement à la doléance de la FAF, mais ce qui est sûr, c’est que l’administration Amara ne se déclare pas vaincue. En cas de réponse négative, le dossier sera porté devant le TAS. Les supporters algériens demeurent dans le flou, en attendant le verdict final attendu au cours de cette semaine, probablement le 12 mai.

R. M.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez refuser si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus