Algérie-Italie: Signature d’un partenariat en matière de prise en charge médicale

0
180
Algérie-Italie: Signature d'un partenariat de prise en charge médicale

La Caisse nationale des assurances sociales des travailleurs salariés (CNAS) et le groupe hospitalier italien « San Donato » ont signé, ce lundi, une convention de partenariat en matière de prise en charge médicale.

La convention a été signée par le directeur général de la CNAS, Nadir Kouadria et le directeur du développement international au groupe hospitalier italien « San Donato », James Loïc Georges, sous la supervision du ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, Fayçal Bentaleb et du ministre de la Santé, Abdelhak Saihi.

M. Bentaleb a affirmé que cette convention s’inscrivait dans le cadre du « processus d’amélioration de la qualité de la prise en charge des patients algériens, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays ».

Prendre en charge des cas difficiles tels que la greffe de foie et de moelle osseuse

Bentaleb a expliqué également que ce partenariat « contribuera à la concrétisation des engagements du Président de la République visant à promouvoir la prise en charge médicale des citoyens, notamment à travers la recherche de nouvelles formes de coopération en matière de prise en charge de certains cas difficiles, tels que la greffe de foie et la greffe de moelle osseuse chez les enfants de moins de trois ans ».

Le ministre a ajouté que cette convention « ouvrira de nouvelles perspectives dans le processus de prise en charge efficace des malades, en leur permettant d’accéder à des soins de qualité au sein des établissements hospitaliers italiens ».

Il a également souligné que a la convention vise également à « tirer profit de l’expérience du groupe hospitalier italien, notamment à travers la formation des médecins algériens et le transfert des technologies, en particulier dans le domaine de la chirurgie cardiaque pédiatrique ».

Pour sa part, le ministre de la Santé a souligné l’importance de ce partenariat, qui vise à « échanger les expertises et à renforcer la coopération entre les deux parties dans le domaine de la santé, et permet de bénéficier de l’expérience médicale italienne », mettant en avant les efforts de l’Etat visant à améliorer la prise en charge sanitaire.