Algérie-Italie : vers un projet de surveillance par satellite des terres agricoles

0
1911
Algérie-Italie : vers un projet de surveillance par satellite des terres agricoles

PAR NABIL M.

L’Algérie ambitionne de moderniser son agriculture en accompagnant les professionnels
du secteur par des moyens technologiques innovants, afin d’augmenter les rendements, notamment pour la culture céréalière. Pour ce faire, l’Algérie sera accompagnée par le partenaire italien, qui compte développer un projet basé sur l’utilisation de satellites dans le domaine agricole.

C’est ce qui a été annoncé à l’occasion des travaux du sommet Italie-Afrique qui ont débuté hier à Rome, avec la participation du ministre des affaires étrangères et de la communauté nationale à l’étranger, Ahmed Attaf, en sa qualité de représentant du président de la République. Lors de cette rencontre, la première ministre italienne Giorgia Meloni a annoncé une série de projets prévus dans le nouveau plan de coopération entre les pays africains et l’Italie, baptisé « plan Mattei pour l’Afrique », lequel prévoit un programme d’investissements et de partenariats avec les pays de la région. Parmi ces projets, Meloni a révélé le lancement d’un projet de « surveillance par satellite de l’agriculture en Algérie ».

Ce projet permettra au secteur de l’agriculture de recourir à une technologie de pointe pour recenser les périmètres irrigués destinés à la céréaliculture à l’aide d’images satellite, afin d’obtenir des données plus précises sur les périphéries effectivement utilisées, vu l’étendue de la superficie destinée à la production céréalière.

Un accord entre les agences spatiales algérienne et italienne

Le projet annoncé par l’Italie en Algérie découle des accords signés entre les deux pays en janvier 2023, à l’occasion de la visite de travail et d’amitié qu’a effectuée en Algérie la présidente du conseil des ministres d’Italie, Giorgia Meloni. Ainsi, un mémorandum d’entente et de coopération dans le domaine des activités spatiales à des fins pacifiques a été signé entre l’agence spatiale algérienne Asal et l’agence spatiale italienne Asi. Outre l’exploration spatiale, la technologie, la formation et renforcement des capacités spatiales, ce protocole d’accord vise également à promouvoir la coopération dans les domaines de l’observation des terres.

Grâce à son savoir-faire technologique, le partenaire italien viendra appuyer la volonté des
pouvoirs publics à moderniser les moyens utilisés dans le secteur agricole, dans l’objectif de développer ce domaine pour arriver à accroître la production céréalière. De plus, l’utilisation des satellites dans les vastes territoires du sud du pays est une nécessité à ne pas négliger pour augmenter les rendements céréaliers et encourager les investissements dans cette région.

Restructurer et moderniser l’activité agricole

Dans ce contexte, il est à rappeler la politique de l’Etat visant à donner un nouveau souffle au secteur de l’agriculture, considéré comme stratégique pour assurer la sécurité alimentaire du pays. Dans son allocution lors des assises nationales de l’agriculture tenues
en février 2023, sous le slogan « agriculture : pour une sécurité alimentaire durable », Abdelmadjid Tebboune avait souligné l’impératif d’accélérer le processus de modernisation du secteur agricole, indiquant que l’Algérie « est engagée dans une véritable course contre la montre pour restructurer et moderniser l’activité agricole ».

Il avait relevé, par la même occasion, la nécessité de passer d’une agriculture traditionnelle à une agriculture reposant sur l’investissement étudié, affirmant dans ce cadre que « les régions du sud du pays étaient en mesure d’assurer une production similaire à celle des pays qui couvrent les besoins du monde en céréales ». Le chef de l’Etat avait également souligné, lors du conseil des ministres du mois courant, la nécessité d’accompagner les professionnels du secteur agricole par l’introduction des technologies modernes et le changement des mentalités, avec l’objectif de créer une révolution dans ce domaine stratégique sur lequel s’appuie l’Etat pour développer l’économie nationale.

N. M.