Alors qu’elle veut politiser son affaire avec Sonatrach qui lui réclame 850 M€ : Tecnicas Reunidas appelée à payer 1,5 milliard € dans diverses affaires d’arbitrage

0
7904

PAR ZINE HADDADI

En litige avec Sonatrach, l’entreprise espagnole Tecnicas Reunidas se voit réclamer un total de 1,553 milliard d’euros, a rapporté le journal espagnol El Diario. Près de la moitié des sommes réclamées par des clients et des fournisseurs de Tecnicas Reunidas dans plusieurs pays correspond au montant demandé par la compagnie pétrolière algérienne Sonatrach.

En effet, Sonatrach avait réclamé en 2022 la somme de 92 millions d’euros à Tecnicas Reunidas pour non-respect de ses engagements contractuels dans le cadre du projet Touat Gaz, gisement situé dans le sud-ouest algérien, dans lequel l’entreprise espagnole devait développer des installations pour un contrat chiffré à un milliard d’euros en 2013. Sonatrach est revenue à la charge fin 2023 en réclamant, dans le cadre de la procédure d’arbitrage qui l’oppose à Tecnicas Reunidas, la somme de 760 millions d’euros supplémentaires pour « manque à gagner », comme l’avait révélé avant-hier le journal espagnol El Confidencial. Tecnicas Reunidas, voulant donner à son litige avec Sonatrach un aspect politique, met en avant le contexte de tensions politiques entre l’Algérie et l’Espagne, en raison du revirement espagnol sur la question du Sahara occidental.

L’entreprise espagnole sousentend que la requête de Sonatrach s’expliquerait par le seul fait de la brouille diplomatique entre Alger et Madrid.

Tecnicas Reunidas en litige dans plusieurs pays

L’argument de Tecnicas Reunidas n’est pas très solide, quand on sait qu’elle fait l’objet de
plusieurs réclamations semblables à celles formulées par Sonatrach dans des pays avec lesquels l’Espagne n’a pas connu ou ne connaît pas de tensions politiques. C’est le cas en Arabie saoudite, où Tecnicas Reunidas s’est vu exiger par deux de ses partenaires la somme de 230 millions d’euros pour des ruptures de contrat de sous-traitance et non conformité en 2021 et 2023, indique El Diario. Tecnicas Reunidas est également en litige en Finlande, où le consortium KPP, formé de Nestlé, Borealis et Veolia, lui réclame depuis 2021 le paiement des pénalités stipulées dans le contrat (40 millions d’euros, déjà payés grâce à l’exécution des garanties), et une indemnisation de 165 millions supplémentaires pour les coûts supplémentaires et les dommages résultant de la résiliation du contrat en raison de retard dans la réalisation d’une centrale électrique. Au Royaume-Uni, le consortium MGT Teesside réclame 223 millions de livres sterling, après avoir déjà reçu 118 millions grâce à l’exécution de garanties.

Outre ces litiges, Tecnicas Reunidas a également d’autres affaires d’arbitrage en Malaisie, en Norvège, en Finlande, en Arabie et au Koweït. Le total des montants réclamés par les adversaires de Tecnicas Reunidas dans les différents litiges en cours d’arbitrage correspond au tiers de ses prévisions de ventes pour l’année 2024 qui sont estimées à 4,5 milliards d’euros alors qu’elles étaient de 4,135 milliards en 2023, indique la même source.

L’arbitrage économique, une pratique fréquente

Sauvée en 2022 par une intervention de l’État espagnol qui lui a injecté 340 millions via le fonds de sauvetage de la société d’état des participations industrielles (Sepi), Tecnicas Reunidas joue sa survie dans les nombreux litiges auxquels elle fait face dont celui de
Sonatrach, qui est le plus important au vu du montant réclamé par la compagnie pétrolière algérienne. Si l’Algérie venait à remporter son litige contre Tecnicas Reunidas, ce ne serait pas une première.

En effet, l’Algérie avait déjà remporté un arbitrage contre l’entreprise espagnole de BTP Ortiz Construcciones y Proyectos en 2020. En 2016, Sonatrach, actuel adversaire de Tecnicas Reunidas, avait remporté son litige contre des entreprises étrangères dont l’espagnol Repsol. Les procédures d’arbitrage sont fréquentes dans le domaine économique et ne sont pas propres à l’Algérie ou à Sonatrach, et ce n’est pas Tecnicas Reunidas, en litige dans plusieurs pays, qui pourra dire le contraire.

Z. H.